Budget 2015: La charge de la dette n’est plus le premier poste de dépenses

logo AFP

La charge de la dette ne sera plus le premier poste de dépenses de l’Etat français l’an prochain, selon le projet de budget 2015 présenté mercredi: aidé par la faiblesse des taux d’intérêt, il repasse derrière l’enseignement scolaire.

L’an prochain, le service de la dette, c’est-à-dire le paiement par la France des intérêts à ses créanciers, atteindra 44,34 milliards d’euros, contre 46,65 milliards cette année.

Il repasse ainsi derrière l’enveloppe attribuée à l’enseignement scolaire (47,43 milliards en 2015 contre 46,3 milliards en 2014), secteur désigné comme prioritaire par le gouvernement.

Le service de la dette était devenu le premier poste budgétaire du pays en 2012, rang qu’il a conservé en 2013 et 2014.

La dette publique brute du pays est, elle, en hausse continue: elle a établi un nouveau record à la fin du deuxième trimestre, à 2.023,7 milliards d’euros, en hausse de 28,7 milliards par rapport au trimestre précédent, et deux fois plus qu’il y a dix ans. Mais la France emprunte toujours à des taux très bas – environ 1,35% à 10 ans -, ce qui permet d’éviter que les intérêts ne viennent alourdir davantage la facture.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.