Vesoul instaure une bourse au mérite pour les bacheliers

logo AFP

La ville de Vesoul a voté lundi soir la mise en place d’une bourse au mérite municipale pour les bacheliers ayant obtenu la mention très bien, afin de compenser les bourses au mérite supprimées par l’État, a-t-on appris mardi auprès de la municipalité.

Cette bourse, de 1.000 euros, sera versée dès 2014, sur demande et sans condition de ressources, aux bacheliers ayant obtenu la mention très bien aux examens du baccalauréat d’enseignement général, professionnel ou technologique et poursuivant des études supérieures, a indiqué le député-maire UMP de Vesoul, Alain Chrétien.

Pour être éligibles, les bacheliers devront justifier d’une mention très bien, d’un domicile à Vesoul au moment du bac et d’une attestation de scolarité prouvant leur inscription à une formation supérieure.

La mise en place d’une bourse au mérite municipale a pour objectif de « compenser le désengagement de l’État et encourager les élèves dans la poursuite de leurs études », a souligné M. Chrétien dans un communiqué.

La bourse au mérite finançait à hauteur de 1.800 euros par an des étudiants de milieux défavorisés ayant obtenu un baccalauréat avec la mention très bien, mais elle a été abrogée par décret le 24 juillet.

« La méritocratie républicaine et la reconnaissance par l’excellence sont des valeurs fortes auxquelles je suis très attaché. La ville de Vesoul a donc décidé d’instaurer elle-même une bourse d’études supérieures municipale », a ajouté le député-maire.

Début septembre, le président UMP du Conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, avait également annoncé qu’il continuerait à financer les bourses au mérite sur le budget du département.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.