L’Ecole polytechnique épinglée dans un rapport parlementaire

logo AFP

Un rapport parlementaire présenté mardi en commission à l’Assemblée nationale cloue au pilori l’absence de « vision stratégique » de l’Etat pour l’Ecole polytechnique, qui peine à se réformer et souffre « d’affaiblissement ».

« Aucune réflexion globale de l’Etat sur le rôle de l’Ecole n’a été menée depuis 40 ans », estime le député UMP François Cornut-Gentille (Haute-Marne), dans un rapport intitulé « Polytechnique: l’X dans l’inconnu ». C’est un « curieux modèle d’autogestion à la française », dénonce-t-il, estimant que l’avenir de l’école n’est « pas durablement assuré ».

« La difficulté de l’Etat à définir une stratégie et une ambition » est « source d’affaiblissement » pour l’Ecole polytechnique, surnommée « l’X », écrit-il.

« La gestion budgétaire, financière et comptable » de l’école doit « être remise à niveau », selon ce rapport qui s’appuie sur les conclusions d’un audit mené par le Contrôle général des Armées et par l’Inspection générale de l’Education nationale.

Toutefois, selon M. Cornut-Gentille, ni la Direction générale des armées « ni le contrôle financier, pas plus que le Parlement, ne se sont émus au cours des années 2000 de cette situation ».

Un exemple révélateur des « difficultés » de l’Ecole ? « La réforme de la +pantoufle+ », évoquée depuis plus de dix ans et annoncée depuis plusieurs mois, n’a toujours pas été publiée par décret. Une inertie « emblématique des fragilités, de la faiblesse de la tutelle et des lenteurs de l’X à se réformer », estime le député.

Les élèves de Polytechnique sont des officiers sous contrat, qui dès leur intégration dans l’école perçoivent une solde (473 € par mois), en contrepartie de laquelle ils s’engagent à travailler pendant dix ans dans un corps de l’Etat. A défaut, ils doivent rembourser une partie de cette solde, la « pantoufle ».

Or, un Polytechnicien « menant carrière dans des institutions bancaires américaines est exonéré de remboursement », souligne M. Cornut-Gentille, dénonçant une « dérive »: « 23% des diplômés de 2012 ont leur premier emploi à l’étranger » et seuls « 13% ont rejoint un corps de l’Etat ».

L’X est une école militaire sous la tutelle du ministère de la Défense, et dans une moindre mesure, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

L’Ecole polytechnique est surnommée l’X car son emblème représente deux canons croisés en forme d’X, selon une version, ou bien l’enseignement des mathématiques (X est l’inconnue) y est prééminent, selon une autre version.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.