Ecole musulmane en région Centre : arrêté de fermeture pour non mise en conformité

logo AFP

Le maire de la commune de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret, banlieue d’Orléans) a pris vendredi un arrêté de fermeture de la seule école musulmane privée de la région Centre pour non mise en conformité de ses installations, a annoncé le site internet d’informations départementales apostrophe45.

Le 4 septembre dernier, deux jours après la première rentrée, un avis défavorable avait été rendu par la commission départementale de sécurité pour cette école accueillant près de 70 enfants, de la maternelle au CM1.

Le 9 septembre, le maire de la commune, M. Nicolas Bonneau (PS) avait mis le directeur de l’école « en demeure de se mettre en conformité ». « Il n’a pas donné des suites favorables à ce que j’ai demandé sur des choses importantes », a expliqué M. Bonneau au site internet apostrophe45.

La commission de sécurité avait édicté 15 prescriptions pour mettre aux normes cette ancienne crèche en fonction de sa nouvelle destination.

« Il n’y avait pas de péril imminent » à ce moment-là, a assuré le maire de la commune qui, lassé d’attendre l’exécution des travaux demandés, a décidé finalement de prendre un arrêté de fermeture.

Par ailleurs, le maire a dressé un procès-verbal et l’a transmis au parquet d’Orléans, qui a ordonné une enquête, confiée à la direction départementale des territoires (DDT).

L’école musulmane de La Chapelle-Saint-Mesmin, hors contrat avec l’éducation nationale et se réclamant de la pédagogie Montessori, propose l’étude des langues arabe et anglaise, ainsi qu’un « éveil religieux +histoire des prophètes, les règles de savoir-être, savoir vivre….+ », selon son site internet.

Elle perçoit des frais de scolarité allant de 1.800 à 2.000 euros par année scolaire, en fonction du nombre d’enfants de la famille inscrits à l’école.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.