La région IDF gère désormais 540 millions de fonds européens, en augmentation

logo AFP

La région Ile-de-France devient officiellement jeudi gestionnaire de 540 millions d’euros de fonds européens, sur une enveloppe globale de 900 millions, en hausse de 25%, s’est réjoui Roberto Romero, vice-président régional aux affaires internationales et à l’Europe.

Le Conseil régional devait adopter jeudi en plénière le transfert de gestion d’une large part (60%) des fonds structurels européens et d’investissement, en vertu de la loi de modernisation de l’action publique de janvier 2014.

Sur la période 2014-2020, « l’Ile-de-France va recevoir 900 millions, c’est-à-dire une progression de 25% », a souligné M. Romero (PS). « L »Etat en gère 360 millions, la Région 540, destinés à réduire les inégalités territoriales », a-t-il précisé.

« Ces fonds sont souvent illisibles pour les collectivités, associations ou communautés de communes qui pourraient y prétendre. Pour les aider à monter leur dossier, nous allons créer une +brigade d’intervention+ », a annoncé M. Romero.

Le vice-président a assuré à l’AFP que 2014 ne serait « pas une année blanche pour le montage de projets ». Il a sillonné la région « depuis deux ans pour préparer les élus à ce transfert » et identifier les projets qui pourraient prétendre aux fonds européens (social-FSE, développement-FEDER, agriculture, environnement -FEDEAR). Un site internet est dédié à ces fonds (http://www.europe.iledefrance.fr).

Pour l’instant, « la région a identifié une douzaine de projets sur des programmes urbains qui dépassent en global 100 M EUR (sur les 7 ans de la programmation, ndlr) et qui combinent les thématiques économiques, énergétiques et sociales », a relevé M. Romero.

Autre motif de satisfaction, la région a obtenu en plus 30 M EUR pour les territoires prioritaires d’éducation qui viendront soutenir la lutte contre le décrochage scolaire, « grande cause régionale ».

L’opposition UMP s’est vivement inquiétée du l’absence de transfert à la région des fonctionnaires de la préfecture qui géraient les dossiers, parlant même de « bombe à retardement » dans le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS), où les financements n’étaient pas arrivés en septembre.

M. Romero s’est inscrit en faux, assurant que « la dizaine d’agents spécialistes à la région — une équipe qui s’étoffera — » pouvaient assurer le suivi des dossiers et qu’une « direction des fonds européens » avait été créée.

Pour l’ESS, « on va faire en sorte qu’ils aient des fonds par avance de financement via des organismes intermédiaires, car il y a vrai problème de délai de paiement de l’Europe ».

sla/mat/bma

ESS – ESPIRITO SANTO SAUDE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.