La secrétaire d’Etat à la Recherche, Geneviève Fioraso, s’est déclarée jeudi « extrêmement attentive » aux inquiétudes des scientifiques sur l’emploi, indiquant que des mesures seraient annoncées début octobre, après la présentation du budget 2015.

« Nous préparons des mesures depuis quelques mois avec les organismes de recherche, que je pourrai annoncer une fois que la programmation pluriannuelle budgétaire sera confirmée par le Premier ministre », a déclaré Mme Fioraso au cours d’un point presse.

« On a trois ou quatre ans un peu critiques à passer et pour lesquelles il faut trouver des solutions », a-t-elle dit, faisant notamment référence à la « chute significative » des départs à la retraite qui entraîne « mécaniquement » moins de recrutements.

« Notre priorité ce sont les jeunes, l’insertion des docteurs », a-t-elle souligné, précisant avoir demandé aux organismes de recherche « de faire des propositions de politique de ressources humaines » favorisant leur insertion.

Mme Fioraso a également assuré que la reconnaissance du doctorat dans la fonction publique comme dans le privé, une des revendications des chercheurs, était « un des grands chantiers prioritaires » de son ministère.

« Il faut donner l’exemple dans la fonction publique », a-t-elle estimé, reconnaissant qu' »il y a eu des résistances ». « Nous avons avancé », a-t-elle dit.

Mme Fioraso a déclaré entendre le « malaise » du monde scientifique, précisant avoir rencontré des directeurs d’unités de recherche, des responsables de collectifs et des représentants des syndicats.

Les chercheurs se mobilisent depuis le début de l’été pour alerter l’opinion et les pouvoirs publics sur les perspectives d’avenir de l’emploi scientifique.

Un collectif né à Montpellier, Sciences en marche, appelle ainsi les chercheurs à converger vers Paris à vélo à partir de vendredi, pour terminer par un cortège à pied dans la capitale, le 17 octobre.

Outre la reconnaissance du doctorat comme filière d’élite au même titre que les grandes écoles, il réclame davantage de crédits et la création de nouveaux emplois pour la recherche et l’enseignement supérieur.