La formation des enseignants sur l’éducation aux médias est insuffisante

Un observatoire des liens éducation-médias vient d'être créé par le CSA. Explications avec Mémona Hintermann-Afféjee, présidente du groupe de travail Audiovisuel et éducation dédié.

Mémona Hintermann-Afféjee

Mémona Hintermann-Afféjee

Pourquoi le CSA a-t-il créé un observatoire des liens éducation-médias, en complément de la plateforme existante ?

J’ai proposé au collège du CSA que nous ayons à nos côtés la présence de personnalités qui connaissent très bien le monde académique et aussi celui des médias. Malgré l’expertise des membres du CSA, nous ne serons jamais assez nombreux pour aborder de manière éclairée ces questions de l’éducation par les médias et de l’éducation aux médias.

Quel est le rôle de cet observatoire et quelles pourront être, par exemple, ses propositions concrètes ?

L’observatoire est composé d’une vingtaine de spécialistes des médias, de la communication et de l’audiovisuel. Il se réunira quatre ou cinq fois par an, au CSA, mais nous travaillerons en continu. Des groupes de travail se réuniront régulièrement autour de thèmes précis, afin de déterminer ce que l’éducation à l’image et au son devrait être. Aujourd’hui, qui maîtrise le vocabulaire des médias ? J’ai vécu toute ma vie professionnelle dans l’univers des médias et je me rends compte qu’il y a de quoi s’y perdre. Nous ferons donc des propositions concrètes aux dirigeants des entreprises de l’audiovisuel, sur ce que l’éducation à l’image et par l’image devrait être.

L’éducation aux médias  et à l’information est-elle suffisamment bien développée à l’école ?

L’éducation aux médias est en train de prendre de l’ampleur, dans la mesure où elle est inscrite dans la loi de refondation de l’école. Mais l’Education nationale a encore besoin de s’ouvrir sur le monde de l’image. J’ai visité de nombreuses écoles, dans différentes régions de France, et j’ai constaté que l’école manque encore de spécialistes audiovisuels. Des initiatives existent mais elles restent la plupart du temps en circuits fermés. Nous ne travaillons pas suffisamment ensemble. Il y a par exemple des richesses incommensurables qui dorment dans les « tiroirs » de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), il faudrait qu’elles profitent à l’enrichissement des connaissances !

Comment faut-il s’y prendre pour éduquer les élèves aux médias ?

Le corps professoral a besoin d’être soutenu. On n’acquiert pas l’expérience audiovisuelle en claquant des doigts ou en lisant deux fiches de lecture. Cela exige une véritable formation, initiale et continue. Il faut former les enseignants à l’image, en s’appuyant sur des professionnels dont c’est le métier. Il faut aller à leur rencontre et ne plus fonctionner comme un guichet. La formation des enseignants est nettement insuffisante sur ce champ.

Je veux que l’école soit suffisamment bien outillée pour faire face à ce déferlement d’images sur tous les écrans. L’école a trop souvent fonctionné comme une institution sanctuaire qui voulait se prémunir contre l’influence énorme de l’audiovisuel. Résultat : elle a perdu énormément d’années. Il faut donc agir rapidement.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.