Budget des universités: le gouvernement promet un « effort »

logo AFP

Le gouvernement « fera un effort » budgétaire pour venir en aide aux universités, qui s’inquiètent de nouvelles difficultés financières, ont annoncé mercredi la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et la secrétaire d’Etat Geneviève Fioraso lors d’un point presse.

« Un risque financier majeur » pèse sur les universités, dont certaines pourraient connaître une « situation très périlleuse », se sont inquiétés des présidents d’université dans une motion publiée la semaine dernière.

Il leur manquera environ 200 millions d’euros pour cette année, ont-ils précisé, redoutant un « réel décrochage » du système français par rapport « à ses homologues européens et internationaux ».

« A la rentrée, il est d’usage qu’on demande des moyens supplémentaires », leur a répondu la secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso, lors d’une conférence de presse.

« On va faire un effort » qui sera annoncé début octobre, a-t-elle ajouté, dans l’attente de la publication des lettres de cadrage .

L’an passé, huit universités avaient connu des difficultés financières (contre seize fin 2012), dont le cas emblématique de l’université Versailles-Saint-Quentin (Yvelines) qui, plongée dans une crise financière, avait dû être placée sous tutelle.

Celle-ci « aura une trésorerie positive à la fin de l’année », a annoncé Mme Fioraso, rappelant que le ministère a accordé deux prêts successifs à cette université.

La loi LRU (autonomie) n’avait pas prévu d' »accompagnement » des universités, le financement de la masse salariale vieillissante, ou du non-paiement des frais d’inscription pour les étudiants boursiers, a dénoncé la secrétaire d’Etat.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.