Retour au calme à Mayotte après des violences entre bandes de jeunes

logo AFP

Le calme était de retour mardi soir à Mayotte, après trois jours d’affrontements entre « bandes de jeunes » de quartiers rivaux, a annoncé la préfecture de ce département de l’océan Indien, où étaient arrivés dans la matinée des renforts.

« A ce jour, l’action coordonnée de la gendarmerie et de la police ainsi que l’implication de tous les acteurs de proximité ont permis les conditions d’un retour au calme » dans les quartiers voisins de Kawéni et Majicavo, écrit dans un communiqué la préfecture, soulignant que « l’État condamne fermement les actes de violence ».

Un blessé grave, qui avait reçu au visage un parpaing lancé sur sa voiture dimanche, était à déplorer, ainsi qu’une vingtaine de bangas (habitats précaires) incendiés, lors d’expéditions punitives, et de nombreuses voitures caillassées. Les jeunes, qui avaient commencer à en découdre samedi après un match de football à l’arbitrage contesté, avaient aussi dressés des barrages sauvages sur les routes.

« Afin de rassurer les élèves, les parents d’élèves et les enseignants, les moyens seront renforcés aux abords des établissements scolaires », a ajouté la préfecture. Lundi, les transports scolaires avaient été suspendus pour ne pas amener au collège de Kawéni des élèves habitant majoritairement Majicavo.

Les maires de Mamoudzou (dont dépend Kawéni) et de Koungou (qui comprend Majicavo) se sont « fortement impliqués sur le terrain, aux côtés des médiateurs », de même que « les autorités religieuses, par leur appel au calme, ont contribué à l’apaisement de la situation », a souligné la préfecture.

« Le président du Conseil général, les députés et sénateurs, ont apporté leur soutien au processus de retour au calme », selon la préfecture. Toutefois, « ce processus de concertation et d’action engagé en période de troubles, doit se poursuivre pour construire, avec les jeunes de tous les villages de Mayotte, une ambition collective pour la jeunesse ».

Mayotte, 210.000 habitants recensés, est le département le plus jeune de France avec la moitié de sa population âgée de moins de 17 ans et demi. Une personne sur trois de plus de 15 ans n’a jamais été scolarisée et moins d’un adulte sur trois a un emploi. Le taux de chômage atteint presque 37%.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.