Prof : un métier qui tente les chômeurs et les salariés du privé

D’après France Info, les salariés du privé et les chômeurs sont de plus en plus nombreux à s’inscrire aux concours de recrutement de l’enseignement.

tableau d'école

© RAM – Fotolia.com

Il y a quelques mois, le site d’emploi Jobintree avait suscité la polémique en classant l’enseignement en tête des métiers « dont personne ne veut ». Pourtant, selon un article publié aujourd’hui sur le site de France Info, devenir prof tenterait de plus en plus de chômeurs et de salariés du privé en quête de reconversion.

Ces personnes cherchant à se reconvertir professionnellement se dirigent plutôt vers l’enseignement secondaire, même si leur proportion a légèrement augmenté parmi les admis aux concours du 1er degré. Lors de la session 2013 des concours enseignants du second degré, plus d’un candidat sur cinq était issu d’une entreprise privée, demandeur d’emploi ou appartenait à un autre corps de la Fonction publique.

A l’inverse, souligne France Info, les professeurs sont de plus en plus nombreux à envisager de quitter l’enseignement à un moment ou à un autre de leur carrière. Citant des chiffres du syndicat du primaire Snuipp-FSU, France Info indique que 30 % des enseignants affirment vouloir faire autre chose. Un sondage Ifop pour SOS Education publié en août dernier indiquait quant à lui que 68 % des enseignants du secondaire interrogés avaient déjà songé à changer de métier, et 19 % « souvent ».

2 commentaires sur "Prof : un métier qui tente les chômeurs et les salariés du privé"

  1. Logique  17 septembre 2014 à 20 h 31 min

    La désinformation est tellement grande que ces pauvres gens pensent encore que le métier d’enseignant est une sinécure ! Seul ceux qui l » exercent connaissent la réalité et veulent donc le quitter !Signaler un abus

    Répondre
  2. sandrine  18 septembre 2014 à 9 h 31 min

    Plutôt une bonne nouvelle que des diplômés se tournent vers le débouché enseignement, dans le cadre d’une reconversion ou alors qu’ils sont au chômage.
    Ce qui est un peu dommage, c’est qu’il n’existe aucune aide financière pour les aider à mener à bien leur projet – car un concours, ça se prépare, et pendant ce temps il faut vivre ! Aujourd’hui un chômeur indemnisé par Pôle Emploi perd son alloc chômage s’il s’inscrit dans une préparation en fac ou ESPE…. Un salarié qui veut se reconvertir prépare le concours tout en travaillant – pas l’idéal pour réussir. Alors qu’on manque de profs, pourquoi ne pas aider financièrement ceux qui veulent le devenir ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.