élève sur ordinateur

© goodluz - Fotolia.com

Trois ans après la réforme de la filière STI2D, les enseignants ont été interrogés, dans le cadre d’une enquête, sur sa conduite et son impact sur leurs conditions de travail. Cette enquête, remise aux membres du CHSCT du ministère de l’Education nationale, a été dévoilée hier par l’AEF.

Une formation non adaptée « à la réalité de l’enseignement aujourd’hui »

Depuis l’application de la réforme STI2D en 2011, la série, auparavant organisée autour de 13 disciplines, n’en propose plus que 4, auxquelles les enseignants ont dû se former. Et selon les résultats de l’enquête, 51 % jugent que le contenu de cette formation n’était pas adapté à la réalité de leur enseignement aujourd’hui. 65 % estiment en outre que faire classe génère aujourd’hui plus d’anxiété qu’avant la réforme.

Et selon le cabinet indépendant à l’origine de l’étude, « une partie des enseignants ayant répondu à l’enquête n’est toujours pas rassurée sur ses capacités ». 43 % jugent d’ailleurs indispensable l’organisation d’une formation complémentaire.

Une charge de travail « lourde, voire excessivement lourde »

Pour le cabinet, « le processus d’appropriation, d’intégration de la réforme », n’est toujours pas terminé chez ces enseignants. « La charge de travail est actuellement toujours vécue comme lourde voire excessivement lourde », souligne-t-il, et 36 % des professeurs projettent de quitter leur enseignement en STI2D.

D’ailleurs, 40 % des enseignants de STI (avant 2010), exerçant toujours à l’Education nationale aujourd’hui, ne travaillent plus en STI2D, et 30 % d’entre eux jugent que la réforme a joué un rôle prépondérant dans leur décision.

Appliquée à la rentrée 2011, la réforme avait été mise en place pour redonner une impulsion à la série STI, en perte d’effectifs depuis plusieurs années. Elle avait été l’objet de vives critiques, notamment de la part des syndicats l’accusant de susciter malaise et culpabilisation chez les enseignants.

L’enquête a été menée, à la demande du ministère de l’Education nationale, auprès de 3 500 enseignants et a reçu 1 305 réponses.