Rythmes scolaires : plus de vingt communes ont fermé leurs écoles mercredi

Des élus refusant d'appliquer la réforme des rythmes scolaires ont bloqué l'accès aux écoles dans une quinzaine de communes, ce mercredi.

école de la République

Ecole de la République © NANCY – Fotolia.com

Ils ont mis leurs menaces à exécution : plus d’une vingtaine de maires frondeurs à travers toute la France, opposés à la réforme des rythmes scolaires, ont empêché l’accès aux écolesde leurs communes mercredi matin, pour protester contre cette demi-journée de cours supplémentaire.

Grilles cadenassées, portes sans poignées…

Les élus ont usé de divers procédés parfois extrêmes, comme de cadenasser le portail de l’école, retirer les poignées de porte, changer les serrures, ou annoncer la fermeture exceptionnelle des écoles par arrêté municipal.

La nouvelle ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, avait pourtant promis lundi des « sanctions«  à l’égard des maires qui refuseraient d’appliquer la loi. La réforme doit en effet être généralisée pour cette rentrée 2014 à toutes les écoles publiques de France.

« Empêcher les enfants d’accéder à l’école et empêcher les enseignants d’effectuer leur mission, ça me paraît non seulement antirépublicain mais intolérable », a déclaré Najat Vallaud-Belkacem à l’issue d’un conseil des ministres.

Le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a condamné « la poignée de maires de droite » qui ont refusé d’ouvrir leurs écoles mercredi. « Cette violation de la loi par ceux qui sont chargés de l’appliquer, se fait au détriment de la communauté éducative et des élèves », a ajouté le député.

150 manifestants en Essonne

L’Etat s’est lancé dans une riposte judiciaire immédiate, et plusieurs préfets de région ont saisi le juge des référés pour que les écoles concernées soient ouvertes.

Dans le village de Heiteren (Haut-Rhin), le maire Dominique Schmitt (droite, sans étiquette) a cadenassé le portail d’entrée de l’école de la commune, avant de faire retirer les cadenas vers 9 heures. Il a promis d’appliquer la réforme après cette action ponctuelle, visant à dénoncer une réforme qui « creuse les écarts entre les communes riches et les autres, comme la [sienne] ».

Dans l’Essonne, département le plus touché par la fronde des maires avec 12 communes sans école mercredi, quelque 150 personnes se sont rassemblées devant la préfecture pour protester contre la réforme des rythmes, jugée « bâclée » et « inégalitaire ». A la tête de la grogne, le maire de Yerres et président de Debout La République, Nicolas Dupont-Aignan, a dénoncé une réforme « pensée sans avoir été réfléchie et mise en place par idéologie ». La préfecture a annoncé saisir la justice contre les 12 communes réfractaires, les élus ayant été « loyalement prévenus » des conséquences par le préfet la semaine dernière.

Source(s) :
  • Avec AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.