Réaliser un film d’animation avec sa classe

Grâce au stop motion et d'autres techniques simples d'animation, il est possible de réaliser des films avec vos élèves à peu de frais. Explications.

Film animation décor personnage

Une lampe, un décor, un personnage, une webcam : les ingrédients de base pour réaliser un film d'animation en stop motion.

Avez-vous déjà songé à réaliser un film d’animation avec votre classe ? Si vous n’envisagez pas de concurrencer Disney, c’est une activité facile à mettre en oeuvre, peu coûteuse, et qu’il est possible d’organiser dès la maternelle.

Pour en savoir davantage, nous avons suivi une formation gratuite pour enseignants au musée interactif Exploradôme de Vitry-sur-Seine, dont l’exposition temporaire « Anim’action » permet de découvrir par la pratique les différentes méthodes d’animation.

Equipement et préparation

Pour la technique d’animation la plus accessible, celle du « stop motion » (image par image), il vous suffit d’avoir à disposition quelques feuilles de papier, un stylo et un appareil photo.

La première étape est de planifier votre vidéo en réalisant un storyboard (scénario en images sur plusieurs cases, à la façon d’une bande-dessinée).

Il faut ensuite réaliser décors et personnages. Cette étape permet d’associer tous les élèves, en répartissant les tâches en petits groupes. Les enfants ne savent pas bien dessiner de personnages ? Ce n’est pas grave, ils sauront bien recopier ! Proposez-leur des modèles de corps, de visages et d’expressions pour les aider. Envisagez de mettre en scène les enfants dans le film, en collant leur photo sur des têtes de personnages.

Les « acteurs » du film peuvent également être réalisés en pâte à modeler, ou découpés dans du papier et articulés avec des attaches parisiennes, ou encore trouvés prêts à l’emploi dans une caisse de jouets en plastique.


Exemple de vidéo réalisée par des enfants en stop motion

Une fois que tous les éléments sont en place, utilisez un appareil photo fixe (posé sur un pied) pour prendre des photos à intervalle régulier, en déplaçant lentement chaque personnage. Si les films traditionnels atteignent 24 images par seconde, 4 images par seconde conviennent pour un film d’animation fait en classe, autrement la patience des élèves pourrait vite s’épuiser. Les enfants peuvent participer au tournage, mais ils doivent apprendre à ne pas laisser leur main dans le champ de l’appareil !

Pour réduire les coûts, il est aussi possible d’utiliser une webcam pour prendre les photos numériques.

Des logiciels gratuits comme STOP-ANIME ou PhotoFilmStrip permettent d’importer et d’organiser vos photos puis de les convertir en vidéo, tout comme certains éditeurs d’images avancés comme Photoshop.

Maîtriser l’éclairage, et autres astuces

En stop motion, il est possible d’interrompre et reprendre à volonté le tournage. Mais pour que le passage du temps n’influe pas trop sur le film, il est essentiel de maîtriser l’éclairage. Éloignez-vous des fenêtres : la luminosité et les ombres vont varier au fil de la journée. Installez-vous plutôt dans un coin sombre avec des spots halogènes, disposés selon des orientations différentes, pour réduire les ombres portées. Une lampe de bureau est un bon substitut.

Vous voulez vous lancer dans les effets spéciaux ? Le « chroma key » – trucage sur fond vert ou bleu – est désormais une fonctionnalité de base de nombreux logiciels de montage gratuits comme iMovie (Mac). Ce système permet d’insérer une séquence vidéo ou une image fixe (souvent un décor) dans votre film. Une simple feuille de papier verte utilisée comme fond suffit à détourer automatiquement et très rapidement vos créations sur ordinateur.

Pour les bruitages, faites aussi simple que les Monty Python ! Entrochoquez des bouts de noix de coco pour obtenir des bruits de sabots, agitez des gants de vaisselle pour les bruissements d’ailes d’oiseau, utilisez des couverts pour les coups d’épées… Même dans les plus grands films hollywoodiens, les bruitages sont très souvent artisanaux.

Pour filmer avec des filtres colorés, placez des papiers de bonbons devant l’objectif de la caméra. Pour filmer sur fond vert ou bleu en petit format, n’importe quelle feuille de brouillon de couleur fera l’affaire.

Différentes techniques

Il est aussi possible de faire du stop motion à partir de dessins à la craie sur un tableau noir, ou au feutre effaçable sur tableau blanc. L’utilisation d’une grande surface comme le tableau, sur le sol ou un mur, permet de rendre facilement l’activité collaborative.

Parmi les autres techniques d’animation nécessitant peu de matériel, il y a le théâtre d’ombres, filmé en contre-jour, où les personnages sont déplacés derrière une toile tendue éclairée. Le film « Princes et Princesses » de Michel Ocelot est un bel exemple d’utilisation de cette technique.

Très conviviale, la technique de la pixellation nécessite de nombreux participants, qui peuvent chacun incarner un « pixel » et se déplacer progressivement pour former des images.

Autre possibilité, l’animation de sable sur un support rétroéclairé est intéressante en maternelle et primaire, car elle s’appuie sur la manipulation avec les doigts.

Enfin, l’ancêtre du film d’animation, le zootrope, reposant sur des images passées rapidement en boucle, est facile à reproduire en classe.

Pour vous familiariser avec ces techniques, n’hésitez pas à vous rendre à l’Exploradôme avec vos classes (à partir de 4 ans) : l’exposition Anim’Action ! est à découvrir sur place jusqu’au 14 septembre, et sera ensuite disponible à la location. Vous pouvez réserver un atelier pratique en appelant le 01 43 91 16 20.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.