Réforme des rythmes scolaires : un maire retirera les poignées des portes de l’école

Quelques élus réfractaires à la réforme des rythmes scolaires comptent empêcher l'accès aux écoles le mercredi matin, par exemple en retirant les poignées de portes ou en cadenassant les grilles.

porte sans poignée

Porte sans poignée (© Sergejs Nescereckis – Fotolia.com)

Malgré les promesses de sanctions de Najat Vallaud-Belkacem à l’égard des maires récalcitrants, certains élus locaux persistent à ne pas vouloir appliquer la réforme des rythmes scolaires, initiée par l’ex-ministre de l’éducation Vincent Peillon et assouplie par son successeur Benoît Hamon.

Il s’agirait seulement d' »une vingtaine ou une trentaine » de communes sur 24.000, selon les déclarations de la nouvelle ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, ce mardi sur France 2.

Présentée comme l’un des chefs de file de ce mouvement de contestation, Evelyne Flacher, maire sans étiquette de Saint-Médard-en-Forez (Loire), a annoncé qu’elle enlèverait toutes les poignée de porte de l’école de sa commune chaque mardi soir pour en empêcher l’accès le mercredi matin, demi-journée d’enseignement supplémentaire prévue par la réforme. « Nous verrons bien si la nouvelle ministre de l’Education nationale et la préfète envoient les forces de l’ordre pour réquisitionner le bâtiment comme cela a été annoncé », a ajouté l’élue.

Cadenas et chaînes sur le portail de l’école

Nicolas Dupont-Aignan, député-maire de Yerres (Essonne), usera lui aussi d’une mesure extrême : il compte cadenasser les grilles de l’école le mercredi. Le président de Debout la République estime qu’il sera imité par « des centaines » d’élus souhaitant « conserver les horaires de l’an passé ».

Douze maires de l’Essonne et trois du Val-de-Marne ont appelé à une manifestation à Evry mercredi, première journée test, pour réclamer un report de la réforme.

A l’inverse, d’autres élus se sacrifient pour faciliter l’application des nouveaux rythmes scolaires et le développement des activités périscolaires prévu par la réforme. Ainsi, le maire de Bilieu (Isère) et ses adjoints ont réduit leurs indemnités de 40% afin de financer les nouvelles activités, conformément à une promesse de campagne.

Source(s) :
  • BFMTV, Le Parisien, AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.