enseignant tableau bureau ordinateur

Face à l'accumulation des savoirs sur Internet l'enseignant doit apprendre aux élèves à trier l'information. (© Africa Studio - Fotolia.com)

Face à l’accès rapide aux savoirs qu’offre Internet, le professeur reste « irremplaçable » pour 84% des Français, selon un sondage OpinionWay(1) pour la CASDEN, banque coopérative de l’Education, de la Recherche et de la Culture.

Les deux tiers des sondés (67%) estiment qu’Internet a un effet positif sur l’apprentissage des élèves, qui s’effectue plus vite. Trois Français sur quatre (74%) jugent également qu’Internet et les outils numériques facilitent le travail de l’enseignant. Mais compte tenu du volume très important d’informations disponibles en ligne, l’enseignant a un rôle essentiel de médiateur à jouer.

Internet peut perturber l’apprentissage

« Le rôle de l’enseignant va être de hiérarchiser, corriger, créer un rapport signifiant entre les faits et établir une différence entre le savoir et le superficiel », analyse Ronan Chastellier, maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Paris. « En gros, il se retrouve en position de mettre de l’ordre, mais aussi, d’insuffler du sens et de la cohérence. » Les élèves ne pourraient donc pas devenir auto-didactes grâce à l’accès à un savoir non « filtré » sur le réseau.

Les Français craignent toutefois qu’Internet soit aussi une source de complications pour l’enseignement, qu’il remette en cause le savoir du professeur (35%), diminue son autorité (27%) ou perturbe l’apprentissage (33%) : « les élèves seraient en situation de contester l’enseignement du professeur et de perturber son flux et son raisonnement par des interruptions intempestives« , déplore Ronan Chastellier, alors que « l’enseignant reste le seul à détenir les bons moyens pédagogiques et une approche relationnelle essentielle pour la transmission de savoir aux élèves ».