Najat Vallaud-Belkacem (photo Benjamin Géminel)

Najat Vallaud-Belkacem (photo Benjamin Géminel)

A quelques jours de la rentrée scolaire, la nomination de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Education nationale irrite la classe politique de droite. Pour Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien Démocrate, la nomination de l’ex-ministre des Droits des femmes est une « provocation« , voire une « bravade du président de la République ».

Nadine Morano, députée européenne, a enfoncé le clou quelques heures plus tard sur Twitter :

Najat Vallaud-Belkacem veut enseigner l’égalité aux petits garçons et petites filles mais se prononçait contre la loi interdisant la burqa

— Nadine Morano (@nadine__morano) 26 Août 2014

Ainsi, mécontents de cette nomination, de nombreux élus UMP et opposants au mariage homosexuel de « La Manif pour tous » lui reprochent son engagement pour l’introduction des « ABCD de l’égalité » à l’école et ses positions tranchées en faveur de l’évolution des droits des couples homosexuels. « Elle a défendu les « ABCD de l’égalité » qui « sous couvert d’égalité entre fille et garçon contribue en réalité à prôner l’indifférenciation des sexes et à diffuser l’idéologie du genre à l’école », écrit la Manif pour tous dans un communiqué.

« C’est une ultime provocation. Cela finira très mal », a pour sa part lancé le sénateur UMP Pierre Charon sur iTélé. Philippe Gosselin, député UMP, estime, quant à lui, que cette nomination d’une « gauchiste » est « un chiffon rouge » destiné à apaiser les socialistes mécontents.

« Porte-parole d’une idéologie dangereuse »

D’autres parlementaires de l’opposition ont fait part de leur inquiétude à voir la rue de Grenelle dirigée par Najat Vallaud-Belkacem. Le député de la Haute-Loire, Laurent Wauquiez a ainsi qualifié la nouvelle ministre d' »ultra pro-gender », en référence à sa loi sur l’égalité hommes-femmes, avant de supprimer son tweet. Le député des Alpes-Maritime, Eric Ciotti, l’a désignée de « porte-parole d’une idéologie dangereuse« , dont le choix s’inscrit selon lui dans une « volonté de provoquer et de diviser ».

Enfin, pour symboliser sa désapprobation, La Manif pour tous a appelé ses militants à manifester le dimanche 5 octobre contre la nomination de la nouvelle ministre de l’Education nationale.

.@najatvb ministre de l’Education nationale: rendez-vous le #5oct #provocation pic.twitter.com/snecMQPQ0F

— La Manif Pour Tous (@LaManifPourTous) 26 Août 2014