Cercle des poètes disparus o captainRobin Williams, décédé cette semaine à l’âge de 63 ans, restera célèbre pour sa performance dans le film Le Cercle des poètes disparus de Peter Weir, sorti en salles en en 1989. Il y joue le personnage de John Keating, professeur d’université anticonformiste, qui encourage ses élèves à s’affranchir des règles en développant leur individualité.

Vision idéalisée du métier d’enseignant

Tout au long du film, John Keating insiste sur l’importance des belles lettres, et incite ses élèves à poursuivre leurs rêves. La dernière scène, hommage au professeur finalement renvoyé, voit les élèves réciter les premiers mots du poème O Captain! My Captain! de Walt Whitman debout sur leurs pupitres, malgré les injonctions de leur nouveau professeur autoritaire.

Cette vision idéalisée par Hollywood de l’enseignant, capable d’inspirer et de changer le cours de la vie de tous ses élèves, a suscité de nombreuses vocations.

Nombreuses réactions sur Twitter

Les réactions de professeurs inspirés par le Cercle des poètes disparus se sont multipliées sur Twitter à l’annonce de la mort de l’acteur. « En regardant Le Cercle des poètes disparus enfant, j’ai réalisé pour la première fois que je voulais être un professeur », déclare @Cheeseboy22. « Je voulais être journaliste, j’ai vu le Cercle des poètes disparus, j’ai changé mes plans et je suis devenue enseignante. Les bons acteurs changent vraiment le monde », affirme @Jacquelineprins.

« Nous aimions tous l’esprit [du film], tout le monde en parlait », confie à la BBC Francis Gilbert, professeur d’anglais à Londres et professeur stagiaire quand le film est sorti. « J’aimais sa façon de déchirer les pages des livres, je le fais encore en fait. Je l’ai fait de nombreuses fois métaphoriquement, dans ma tête. » Mais la passion de John Keating pour sa discipline était peut-être l’aspect le plus frappant du film. « Cet amour pour sa matière est quelque chose que j’ai toujours essayé de garder à l’esprit en tant qu’enseignant », ajoute Francis Gilbert.

Qu’ils soient devenus enseignants ou non par la suite, ce film a laissé peu de spectateurs indifférents. « Si ce film à propos d’un professeur passionnant n’a pas d’impact sur vous, alors rien n’en aura jamais », estime @lmkmoviemaniac.


Scène finale du Cercle des poètes disparus (« Ô capitaine ! Mon capitaine ! »)