Les militaires ne se portent pas volontaires pour devenir profs !

Jack Koch

Au Royaume-Uni, le programme de reconversion professionnelle "Troops to Teachers" ne rencontre pas beaucoup de succès : les militaires redoutent le stress de l'enseignement...

Les militaires ne se portent pas volontaires pour devenir profs !

Grâce au programme « Troops to teachers », les militaires britanniques en quête d’une seconde carrière peuvent se lancer dans l’enseignement. Mais le succès n’est pas au rendez-vous : à peine 102 candidats ont été sélectionnés en deux ans. L’écrasante majorité n’a pas de diplôme universitaire, et bénéficie d’un programme de formation en deux ans. Les candidats plus qualifiés peuvent intégrer immédiatement une école et apprendre le métier sur le terrain, en tutorat.

Le gouvernement britannique reste convaincu que les effectifs vont augmenter progressivement, et compte sur les anciens soldats pour réinstaurer un peu de discipline dans les écoles publiques. « La discipline personnelle et le travail d’équipe sont au coeur de ce qui fait de nos forces armées les meilleures au monde — et sont exactement ce dont les jeunes gens ont besoin pour réussir », estimait l’ex-secrétaire d’Etat à l’éducation, Michael Gove, à l’initiative du projet.

Des programmes parallèles existent, comme celui de l’organisation CVQO, qui permet à des militaires de dispenser un enseignement professionnel à des décrocheurs. C’est la voie qu’a choisie David Wilcox, après avoir passé 28 ans dans l’armée, dont 24 en tant que secouriste en montagne et instructeur en chef pour les nouvelles recrues. Il a connu des missions dangereuses lors d’affectations en Iraq et à l’étranger, mais rien ne l’avait préparé aux difficultés de l’enseignement. « J’étais habitué à enseigner à des personnes qui voulaient apprendre, c’était un défi de me faire accepter par les enfants », a-t-il confié au Guardian.

« Je suis content de travailler à mi-temps parce qu’à 50 ans, je ne suis pas sûr que je voudrais faire plus d’heures », ajoute-t-il. Le secouriste a connu d’autres militaires quittant le service mais qui n’ont pas voulu se reconvertir dans l’enseignement, parce qu’après avoir vécu dans des environnements dangereux pendant des années, ils redoutaient le stress de la profession. « Les enseignants sont sous pression pour atteindre leurs objectifs et travaillent vraiment dur », estime David Wilcox.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.