Profs payés 10 mois sur 12 : un mythe qui a la peau dure

Libération revient ce jeudi sur une idée reçue qui circule depuis des années dans le monde enseignant : les profs ne seraient pas payés pendant les vacances. Une contre-vérité, selon un responsable syndical.

Salaire

© Dooder – Fotolia.com

C’est l’une des idées reçues les plus répandues dans l’Education nationale : les professeurs seraient payés sur 10 mois et non sur 12. Libération revient ce jeudi sur ce mythe qui perdure depuis des années.

Une rumeur démentie

Selon Joël Péhau, de l’Unsa, cette croyance remonterait à une « ordonnance prise avant que la fonction publique n’existe », quand l’on « rapportait les dix mois de paye sur douze mois, mais c’est tombé », souligne-t-il, différents décrets statutaires ayant été publiés depuis.

Déjà en 1986, la rumeur avait été démentie par le Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Fonction publique et du Plan, Hervé de Charette, dans une réponse au député Robert-André Vivien. Ce dernier soutenait que les traitements des enseignants avaient été fixés aux 10/12 de ceux des fonctionnaires de grade équivalent, et réclamait l’abrogation de cette particularité. En réponse, le Ministre délégué l’avait renvoyé au décret du 10 juillet 1948, précisant qu’il n’existait pas « de règle juridique ni de clause implicite établissant un rapport entre les rémunérations appartenant à des corps classés dans les mêmes catégories ».

Les profs payés en moyenne 2 470 € nets mensuels sur 12 mois

En outre, une étude publiée en début d’année par le ministère de l’Education nationale, s’intéressant aux rémunérations des personnels titulaires du secteur public, mentionne un salaire net annuel de 29 640 € pour les enseignants, soit 2 470 € mensuels. Lorsqu’on fait le calcul, on retrouve bien un salaire versé sur 12 mois et non 10.

Libération souligne que l’argument est souvent brandi par les enseignants lorsqu’on leur reproche leurs longs congés. Ils devront désormais user d’autres raisons, et plutôt mettre en avant le fait que les profs en congés ne font pas que se reposer.

12 commentaires sur "Profs payés 10 mois sur 12 : un mythe qui a la peau dure"

  1. profdemath  2 août 2014 à 13 h 34 min

    Les enseignants gagnent beaucoup moins que les autres fonctionnaires :
    C’est la Cour des comptes elle-même qui le confirme et tout le monde le sait surtout les profs eux-mêmes !
    De plus, ils gagnent beaucoup moins que leurs voisins européens.
    Pas la peine de sortir le nombre de jours d’école car on vient de repasser à 5 jours !
    Par contre sortons le nombre d’heures d’école (heures de cours) sur l’année et là, on constate
    que les professeurs des écoles français travaillent sur l’année plus que les autres (plus d’heures de cours).
    Cette faible rémunération d’environ 10/12 par rapport à un autre fonctionnaire de même catégorie est en fait de 8/12 et vous trouvez que l’argument des 10/12 est un mensonge !!! Mauvaise foi quand tu nous tiens !Signaler un abus

    Répondre
    • Prof-pas-iteuse  3 avril 2015 à 10 h 54 min

      Je suis prof, avec un bac +5, je touche 1590 € nets (pour un bac +5, ça ne me semble pas exorbitant). La moyenne de 2470 € nets est calculée grâce à une proportion de profs qui ont 35 ans de carrière, sont hors classe, avec des salaires et des échelons que les débutants d’aujourd’hui (et même ceux qui ont débuté depuis 10 ou 20 ans) n’atteindront jamais ! De plus, cela comprend des heures supplémentaires, péri-éducatives, etc etc, donc pour des dispositifs irréguliers voire inaccessibles à certains profs (comme les professeurs-documentalistes). Si vous êtes prêts à confier l’éducation de vos enfants au rabais, libre à vous, mais du coup ne nous demandez pas l’abnégation. Si on veut, on peut aussi ramener ça au salaire horaire ! En ce qui me concerne, une heure de cours c’est, minimum 1h30 de travail. Pour un prof à 18 heures, c’est à dire sans heure sup, ça fait un minimum de 45 h par semaine c’est à dire moins de 13€ de l’heure avec le salaire (peu réaliste) annoncé dans l’article. Ca ne me paraît toujours pas exorbitant. Enfin, si on prend pour base mon salaire, ça donne 8,83 € de l’heure !! Est-il nécessaire que je le compare au smic pour qu’on rigole ?! alors franchement, peut importe comment notre salaire est calculé, il est ridicule ! Et les gens qui ne cessent de taper sur l’éducation nationale devraient se rappeler quelques soirées difficiles avec leur 2 ou 3 bambins qui se disputent et désobéissent, et ensuite se projeter avec non plus 2 ou 3 mais 30 ados… J’aime mon métier, je ne compte pas mes heures, et ne fait pas ça pour l’argent (sinon je n’aurais pas fait ça) mais me confier vos enfants en passant ensuite votre temps à chercher comment me rabaisser et me culpabiliser (trop payé, trop fainéant, trop sûr de garder son emploi, trop inefficace, trop injuste, etc) c’est tout à fait contre-productif. Alors oui je tiens à mes vacances, parce que c’est le seul avantage qu’il me reste et que j’en ai besoin. Nerveusement, passé 8 semaines consécutives, je suis un être humain, et vous ne pouvez pas attendre de moi la même disponibilité et la même patience, et oui, parfois, vos enfants paient ma fatigue malgré moi. Et ça aussi ça me ronge parfois la nuit quand j’estime avoir mal réagi. Tout ça me semble injuste et c’est pourtant ce que je ressens tous les jours, et ça suffit !!Signaler un abus

      Répondre
  2. vortex  4 août 2014 à 12 h 34 min

    En 2008 d’après les données du ministère de la fonction publique (rapport annuel), les salaires indiciaires bruts étaient de 2424 € pour les certifiés, 2451 pour les attachés d’administration des services déconcentrés, 2429 pour les ingénieurs d’études : peu de différences, normal la grille indiciaire est la même (IM de 349 à 783 au mieux).
    Par contre, les salaires nets avec primes (ce que l’on touche vraiment) étaient respectivement de 2268, 2941, 3314 € !
    Un attaché gagne autant qu’un certifié au bout de 9,25 mois, un ingénieur au bout de 8,21 mois !!!!! Un enseignant n’est donc pas payé en salaire réel (le total net) pendant l’été et plus ….
    Depuis 2008, l’écart s’est accentué avec la RGPP. (l’EN n’a pas eu les 50% prévus ; où est le reste ?)
    Les syndicalistes de l’UNSA, du SGEN défendent le gouvernement, les primes des non-enseignants au lieu de défendre les enseignants dont le métier dérive complètement. La crise du recrutement a commencé depuis plus de 15 ans, avec une chute vertigineuse du nombre de candidats dans le secondaire. Le concours placé à bac+4 pour les certifiés n’est pas en cause, c’était déjà le cas il y a 40 ans ! Ce sont les salaires et les conditions de travail qui sont en cause.
    L’augmentation des primes données à tous a été vertigineuse aussi en passant de 13,33 francs (2 €) à 99,97 € par mois ………..!!!!!!!
    Nous sommes loin des 30, 50, et plus aux Finances de primes des cadres non-enseignants.Signaler un abus

    Répondre
  3. Nico  28 octobre 2014 à 10 h 59 min

    C’est le salaire qui est calculé sur 10 mois… Donc la phrase tient toujoursSignaler un abus

    Répondre
  4. rose  10 mai 2016 à 10 h 22 min

    Je suis bac+2 et mes seules perspectives sont le smic comme beaucoup de gens aujourd’hui.
    Avec des horaires difficiles, un rythme de travail intense, un trajet domicile travail de 60 kms par jour et cinq semaines de congés par an. Bien sûr, aucun frais de déplacements pris en charge par l’employeur et pas de treizième mois.
    Alors je suis toujours choquée et écoeurée de voir les enseignants se plaindre dans un pays à deux vitesses, des gens diplômés très mal payés et d’un autre d’autres juste un peu plus diplômés très bien payés avec des horaires et des congés très compatibles avec une vie de famille.
    En effet, tout le monde semble souhaite run alignement avec l’Europe, soit pour nous et pour les jeunes qui vont entrer sur le marché de l’emploi la disparition du salaire minimum et un accroissement de la précarité, et pour les enseignants une revalorisation de leur salaire ce qui accentuera encore le fossé déjà présent entre les fonctionnaires et les autres et accentuera le clivage public-privé (je n’évoque même pas le problème des retraites…)Signaler un abus

    Répondre
    • Sandrine  10 mai 2016 à 14 h 51 min

      A Rose:
      Soyez « rassurée », les profs débutent maintenant à 1,1 SMIC (pour bac+5), donc l’écart entre vos perspectives et les leurs ne sont pas si éloignées. Comme vous le dites fort bien, vivre avec le SMIC actuel ou un peu plus, ce n’est pas une vie, avec moins que le SMIC encore pire (les nombreux précaires de l’Education en savent quelque chose…). Il n’y a pas de 13e mois dans l’Educ, les profs sont souvent affectés très loin de chez eux, le temps de travail moyen des profs certifiés est de 44h hebdo (étude officielle), bref les fonctionnaires et les salariés du privé sont dans les mêmes galères…

      Avec le salaire et les conditions de travail qui sont proposés aux profs, le métier n’attire plus, d’ailleurs des milliers de postes mis aux concours ne trouvent pas preneurs. Voilà pourquoi des classes peuvent rester sans prof pendant des semaines (et ceux qui souffrent le plus de cet état de fait, ce sont les enfants de SMICards). Voilà où l’on en est: si on veut que tous nos enfants aient des profs, il va bien falloir que les salaires de l’enseignement soient revalorisés…

      Quant aux retraites, public comme privé, tout le monde s’est fait avoir, surtout les femmes (nombreuses dans l’Educ). Vous croyez que ça va le faire, une prof obligée d’enseigner à près de 70 ans, accroupie toute la journée devant plus de 30 gamins de maternelle ?Signaler un abus

      Répondre
  5. Florent  10 mai 2016 à 15 h 05 min

    Prends ton courage à deux mains Rose et deviens prof !! On en a justement besoin des profs et c’est pour ça qu’il faut les payer !
    « Un peu plus diplômé seulement » ça ne devrait pas être trop difficile comme effort…
    En ce qui concerne le milieu social, je suis petit-fils de mineur de fond, fils d’ouvrier(pas le smic d’aujourd’hui) et de mère au foyer alors n’abat pas cette carte !
    Du courage et du travail, c’est juste ce qu’il te faut pour rejoindre le mammouth et avoir ta part du gâteau… A bientôtSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.