feuille artificielle abat jour

Un abat-jour élégant capable de produire de l'oxygène ! L'invention de Julian Melchiorri a de nombreuses applications. (capture d'écran reportage vidéo Dezeen)

Julian Melchiorri, étudiant au Royal College of Art de Londres, a conçu la première feuille artificielle capable de produire de l’oxygène à partir de lumière et d’eau sans être rattachée à une plante à racines.

Enveloppe de soie révolutionnaire

Cette feuille fonctionne comme ses homologues naturels à partir de chloroplastes, les portions des cellules végétales responsables de la photosynthèse, prélevés dans des plantes.

Mais, bien protégées et stabilisées par une enveloppe révolutionnaire de protéine de soie, ces feuilles d’un nouveau genre s’acclimateront plus facilement à des conditions environnementales différentes de celles de la Terre – comme la gravité zéro à l’intérieur d’un vaisseau spatial, qui empêche la croissance des plantes, ou l’atmosphère martienne riche en CO2. Cette invention ouvre ainsi de nouveaux horizons à l’exploration et à la colonisation spatiales.

Les applications pratiques ne manquent pas non plus sur Terre. Pour l’instant, Julian Melchiorri utilise ses feuilles synthétiques comme abat-jours, pour produire de l’oxygène quand il allume la lumière, et imagine d’en recouvrir des façades d’immeubles, pour filtrer et oxygéner l’air circulant dans les circuits de ventilation.


[vid site= »vimeo » id= 101734446]