Travailler en horaires décalés augmenterait le risque de diabète

Selon une étude chinoise, travailler en horaire décalé aggraverait de 9% le risque de développer un diabète de type 2.

Travailler en horaires décalés augmenterait le risque de diabète © adam121 - Fotolia.com

Travailler en horaires décalés augmenterait le risque de diabète © adam121 – Fotolia.com

Plus vous avez un rythme de travail irrégulier, plus vous risquez de développer un diabète de type 2. C’est en effet ce que démontre une étude chinoise menée par des chercheurs de Huazhong University of Science and Technology.

Les hommes plus vulnérables

Selon l’étude, les personnes qui travaillent en horaire décalé ont 9% de risque d’avoir un diabète de type 2. A noter que les hommes sont plus vulnérables que les femmes avec un risque accru de 35%.

Pour arriver à cette analyse, les chercheurs ont constaté que l’augmentation du diabète pourrait être liée à la perturbation du sommeil et à des habitudes alimentaires induites par le travail en horaires décalés. En effet, manger à une heure tardive rend l’organisme plus prompt à stocker l’énergie en graisses, aggravant ainsi le risque d’obésité et le diabète de type 2.

Les horaires décalés augmenteraient donc le risque de diabète chez l’humain. Mais que faut-il faire pour le diminuer ?

Graisses saturées et boissons sucrées à bannir

Selon une étude américaine, manger des fruits et légumes, limiter les boissons sucrées et les graisses saturées permettrait de réduire de 20% le risque de développer un diabète de type 2.

© monticellllo - Fotolia.com

© monticellllo – Fotolia.com

Les chercheurs de la Harvard School of Public Health (HSPS) ont ainsi mené une enquête auprès de 148 484 individus non atteints par le diabète. Ils ont évalué leur alimentation grâce à un indice, le « Alternate Healthy Eating Index 2010 » et leur risque de développer du diabète de type 2.

Les résultats ont montré que les individus ayant amélioré la qualité de leur alimentation même de 10% pendant 4 ans ont diminué de 20% la probabilité de développer un diabète de type 2. « Nous avons trouvé que l’alimentation était en effet associée au diabète, indépendamment de la perte de poids et de l’activité physique », explique Sylvia Ley, directrice de l’étude de la Harvard School of Public Health.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.