Rythmes scolaires : « une réforme conduite à son terme » (ministère)

Le ministre de l’Education nationale se réjouit "d’avoir permis de débloquer un grand nombre de situations" grâce au décret Hamon sur les rythmes scolaires.

© RVNW — Fotolia.com

© RVNW — Fotolia.com

La réforme des rythmes scolaires pose encore des problèmes. Pourtant, dans un communiqué, publié vendredi 25 juillet, le ministre de l’Education nationale se félicite « d’avoir permis de débloquer un grand nombre de situations » grâce au décret Hamon sur les rythmes scolaires.

« Débloquer un grand nombre de situations »

Le ministre de l’Education nationale fait savoir que 87,2% des communes ayant une école publique (85,1% des effectifs), verront les horaires de leurs écoles organisés selon le décret Peillon du 24 janvier 2013. Et que 12,8% des communes (14,9% des effectifs) l’expérimenteront dans le cadre du décret Hamon du 7 mai 2014. Pour le ministère, « Ces résultats montrent que le décret du 7 mai 2014 a permis de débloquer un grand nombre de situations » et a également « permis de conduire la réforme à son terme avec succès ». Benoît Hamon relève ainsi que « l’ensemble des enfants bénéficieront, à la rentrée prochaine, de la nouvelle organisation des temps scolaires, organisée autour de 5 matinées de classe par semaine ».

Il rappelle que les communes pourront s’appuyer sur le fonds d’amorçage mis en place pour les accompagner dans la mise en œuvre des nouveaux temps scolaires, afin d’organiser des activités périscolaires.

Ainsi, « grâce à une concertation entamée il y a plus de 18 mois, à des solutions ajustées aux réalités locales, les conditions d’une rentrée apaisée dans l’intérêt de la réussite des enfants sont réunies » assure le ministère.

Source(s) :
  • AFP

2 commentaires sur "Rythmes scolaires : « une réforme conduite à son terme » (ministère)"

  1. @solierju  28 juillet 2014 à 17 h 38 min

    D’après les liens, problèmes = refus d’appliquer, débloquer = contraindre…Le décret Hamon n’y changera rien, à part remettre en cause tout l’esprit de la réforme censée alléger les journées. Le dispositif est rejeté par la grande majorité des acteurs du paysage éducatif, l’a été à deux reprises par le CSE, ignore le Défenseur des Droits en excluant les deux tiers des enfants handicapés, se contredit en laissant une partie de la Guyane et des communes de montagne à 4 jours,…Il doit y avoir de sacrés enjeux économiques pour jeter les enfants là-dedans! Merci et bravo, nous n’oublierons pas. C’est loin d’être fini.Signaler un abus

    Répondre
  2. Profencolère  29 juillet 2014 à 23 h 53 min

    « per­mis de conduire la réforme à son terme avec suc­cès » : c’est étrange de parler de succès et de réforme à son terme alors que la plupart des écoles n’ont pas encore expérimenté la semaine de 4,5 jours… Encore du Bla bla pour faire avaler la pilule. Qui est encore dupe ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.