La « Boîte à idées » de l’UMP, club de réflexion créé en septembre 2012 et qui rassemble « la jeune garde » du parti, a transmis à l’AFP 10 propositions pour l’éducation.

Recentrer l’école sur les savoirs fondamentaux

« L’origine de nombreux problèmes de notre modèle éducatif se situe dans l’échec de la transmission des outils linguistiques et mathématiques à l’école primaire », estiment les membres de ce club, qui appellent à consolider les acquis fondamentaux avant l’entrée au collège.

Ils proposent donc que soit ajouté au code de l’Education un objectif visant à ce que « 100% des élèves [maîtrisent] les compétences fondamentales en mathématiques, en plus de la maîtrise de la langue française, à la fin de l’école primaire« .

Les disciplines fondamentales « français et mathématiques » verraient leur volume horaire augmenter, au détriment d’autres enseignements tels que langue vivante, sciences expérimentales et technologiques, etc.

Revaloriser les indemnités des enseignants

Une double évaluation, portant d’une part sur l’ensemble des classes au niveau national, et d’autre part sur un échantillon représentatif d’élèves, permettrait de vérifier cette acquisition des savoirs de base. Les résultats d’évaluation de la classe serait transmis au rectorat, qui pourrait décider d’un « accompagnement temporaire du professeur » si les objectifs de progression de ses élèves n’étaient pas atteints.

La Boîte à idées propose par ailleurs de « revaloriser le métier d’enseignant » en triplant l' »indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves », qui passerait de 400 euros à 1.200 euros, une hausse dont le financement serait assuré en « revenant sur tout ou partie des 35.000 postes qui restent à créer sur les 60.000 annoncés ».