vacances profs idéales

© Johanna Mühlbauer - Fotolia.com

« Chaque été, j’aime me ressourcer parmi mes proches »

Laetitia Rezau-Lebault, professeur de SVT au collège Ariane à Argenteuil (Val d’Oise) :

« Mes vacances idéales riment avec retour aux sources. Originaire de Béziers, je quitte la grisaille de la région parisienne, où j’enseigne, pour rejoindre ma famille et mes amis sous le soleil. Mon copain est aussi professeur. Il est originaire de Bordeaux, on en profite aussi pour se rendre chez sa famille. Nous partons quasiment les deux mois d’été. J’aime me ressourcer parmi mes proches, la nature et le calme. J’y puise ma force pour l’année scolaire. J’emmène toujours mon ordinateur afin de préparer mes cours. Je travaille un peu tous les jours, mais dans une ambiance décontractée, entre deux baignades. »

« J’arrive à ne pas m’ennuyer, ce qui n’est pas le cas de tous les professeurs »

Estelle Soulignac, pro­fes­seur de fran­çais au lycée Pablo Neruda à Dieppe (Seine-Maritime) :

« Dans l’idéal, j’aimerais profiter de ces deux mois de vacances pour faire de beaux voyages. Mais financièrement ce n’est pas possible, surtout que les prix des voyages sont élevés pendant les vacances scolaires. Mon conjoint n’étant pas enseignant, il ne peut prendre que deux semaines de congés et je me vois mal partir sans lui. Je passe donc la majorité des vacances, seule, chez moi. Bricoleuse, je m’occupe en rénovant mon appartement. J’arrive à ne pas m’ennuyer, ce qui n’est pas le cas de tous les professeurs. Le temps peut être long. Je consacre les quinze derniers jours des vacances à préparer la rentrée afin de reprendre les cours tranquillement, sans être noyée dès les premières semaines ! »

« Il me faut au moins deux semaines pour me sentir vraiment en vacances »

Justine Robert, professeur d’une classe de CP/CE1 à l’école Pauline Kergomard 2 à Sarcelles (Val d’Oise) :

« L’été, j’aime faire de grands voyages afin de déconnecter. Nos deux mois de vacances sont bien mérités, nous exerçons un travail prenant et fatiguant. Il me faut au moins deux semaines pour me sentir en vacances et ne plus penser constamment à l’école. La première et la dernière semaine de congés sont studieuses : j’en profite pour ranger mes affaires, faire le tri, préparer les cours… Entre-temps, pour décompresser, j’aime partir au moins 6 semaines, loin de la France. L’année dernière, c’était la Floride. Cette année, le budget est plus serré. Je pars 3 semaines faire le tour de l’Italie à bord de mon van, avec mon conjoint, également professeur. »

« Ma définition des vacances idéales est un peu paradoxale »

Antoine Tresgots, professeur d’histoire-géographie au lycée Durzy à Villemandeur (Loiret) :

« Ma définition des vacances idéales est un peu paradoxale. J’aimerais bien couper complètement avec le métier qui est très prenant mais en même temps j’aimerais profiter des congés pour préparer les cours de l’année scolaire, afin de reprendre l’esprit serein. J’alterne donc entre des moments de coupure quand je pars et des moments chez moi où je m’octroie des plages pour travailler. Difficile de vraiment décrocher. En général, ceux qui y arrivent ont beaucoup de mal pour s’y remettre. »

Diane Dussud