Fabienne Terral-Calmes, enseignante de 34 ans, a été tuée dans sa classe de maternelle par une mère d’élève, au dernier jour de l’année scolaire. L’enseignante est « morte au service de l’école de la République« , a déclaré le ministre de l’Education nationale Benoît Hamon ce mercredi 9 juillet devant le gouvernement.

Cette dette « nous amènera à ce que je propose dans les heures qui viennent la reconnaissance officielle des circonstances de la mort de Fabienne Terral-Calmès », afin que « soit portée à son état civil la mention « mort au service de la nation« .

Relevant « les devoirs et la dette de l’Etat à l’égard de sa famille et de ses enfants », le ministre a également annoncé que les deux filles de l’institutrice bénéficieront du statut de « pupille de la nation impliquant une prise en charge financière et éducative« .

L’école, « un lieu de paix »

La mention « mort au service de la nation » rend obligatoire « l’inscription du nom du défunt sur un monument de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation », a rappelé le ministre devant les députés.

Enfin, Benoît Hamon a confirmé que l’équipe pédagogique bénéficierait à nouveau d’un soutien psychologique afin que « la rentrée dans cet établissement se passe dans les meilleures conditions » précisant également que « l’école doit être protégée des violences, et rester un lieu de paix« .