© Minerva Studio - Fotolia.com

On connaissait déjà les conséquences alarmantes du changement climatique sur l’environnement : fonte des glaciers, canicules, rapetissement des espèces… Selon un généticien écossais, il pourrait aussi provoquer la disparition… des roux !

Une gène adapté au temps nuageux

En effet, selon le Dr Alistair Moffat, directeur de la compagnie de génétique ScotlandsDNA, le gène responsable des cheveux flamboyants et de la peau pâle caractéristiques des roux serait une adaptation au manque de soleil. Il permettrait en effet de mieux synthétiser la vitamine D lorsqu’il ne fait pas beau, explique le généticien sur le site ScotlandNow, ce samedi. En Ecosse, pays au climat peu ensoleillé, les roux représentent d’ailleurs 13 % de la population, contre 1 à 2 % au niveau mondial.

Mais « si le climat change, […] ce gène sera affecté », indique Alistair Moffat. « S’il y a plus de soleil, les porteurs de ce gène seront de moins en moins nombreux ».

Le gène roux voué à disparaître ?

Jusqu’à totalement disparaître ? C’est la théorie que défend cet autre scientifique cité par ScotlandNow, qui souhaite rester anonyme. « Je pense que ce gène récessif va s’éteindre doucement. […]La peau claire et les yeux bleus ne sont pas adaptés à un climat chaud », déclare-t-il, précisant qu’il ne s’agit que d’une « théorie » et que le processus prendrait « plusieurs centaines d’années » avant d’arriver à son terme.

Des affirmations à prendre avec précaution donc, car elles ne sont, pour l’instant, étayées par aucune étude sérieuse.

Si la disparition des roux par le climat reste donc une hypothèse fantaisiste, le National Geographic évoquait déjà l’extinction du gène roux dans un article daté de 2007. Le magazine était pour sa part nettement plus pessimiste, fixant l’échéance à une petite centaine d’années. Il basait son raisonnement sur la petite proportion de personnes possédant cet allèle dans leur ADN, réduisant les chances de le transmettre à leurs enfants.