Rapport France Stratégie : investir dans l’éducation pour l’avenir

Un rapport fixant à la France des objectifs de développement d'ici 2025 invite à investir massivement dans l'éducation, du plus jeune âge jusqu'à l'université.

argent investissement éducation

France Stratégie suggère d'investir massivement dans l'éducation. (© mostafa fawzy – Fotolia.com)

Le rapport Pisani-Ferry du commissariat général à la stratégie et à la prospective (récemment rebaptisé France Stratégie) sur les grands enjeux de la France d’ici 2025 propose notamment de faire de l’éducation une priorité, de la maternelle jusqu’à l’enseignement supérieur.

Selon le rapport, il y a urgence à redresser le système scolaire français : « Le système d’éducation est plus inégalitaire en 2012 qu’il ne l’était neuf ans auparavant, et les élèves issus d’un milieu défavorisé ont moins de chances de réussir aujourd’hui qu’en 2003 », ce que tend à confirmer la dernière étude Pisa. La solution résiderait en particulier dans une meilleure redistribution des moyens : « Si la France investit plus de 6% de son PIB dans l’éducation, les dépenses par élève dans le primaire sont de 17% inférieures à la moyenne de l’OCDE », alors qu’il s’agit d’une étape critique de la scolarité.

Objectif : trois fois moins de décrocheurs en dix ans

Pour diviser par trois le nombre de décrocheurs (élèves quittant le système scolaire avant d’avoir obtenu le bac), actuellement évalués à 140.000, les auteurs du rapport propose 6 axes de travail, parmi lesquels un investissement massif « dans l’accueil du jeune enfant afin de satisfaire 100 % des besoins de garde des enfants de six mois à trois ans », dans la formation des enseignants, dans le développement des expérimentations éducatives ou encore la révision de « l’articulation du secteur de la formation et du service public de l’orientation ».

En ce qui concerne l’éducation des adultes, le rapport fixe l’objectif de diviser par deux le nombre d’illettrés. Actuellement, quelque 7% des 18-65 ne savent pas correctement lire et écrire. Pour y remédier, le rapport envisage la création d’un compte personnel d’activité, acquis dès l’entrée sur le marché du travail, et incluant « un droit à un socle minimum de connaissances et de compétences de base ».

Développer l’attrait des universités à l’international

Le rapport propose également de renforcer l’attractivité internationale des établissements d’enseignements supérieurs français, par exemple en rassemblant universités, grandes écoles et laboratoires de recherche au sein de grands pôles bénéficiant d’une large autonomie. Il conviendrait également d' »accueillir 200.000 étudiants internationaux de plus », contre 268.000 aujourd’hui, et d’améliorer la visibilité des enseignements à l’international en développant les usages du numérique et les MOOCS.

La France a un capital en terme de recherche qu’il convient d’exploiter : « En dépit de l’image défavorable donnée par le classement de Shanghai, qui évalue les seules universités et se fonde sur des critères étroits, la France demeure une grande nation scientifique, la sixième du monde par le nombre des publications et la quatrième par leur impact. Elle excelle dans quantité de domaines : les mathématiques bien sûr, mais aussi la biologie, la biochimie, l’informatique, les sciences de la Terre, les sciences de l’ingénieur et la pharmacologie », affirme le rapport.

Source(s) :
  • strategie.gouv.fr, le Figaro

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.