Le Conseil supérieur des programmes veut supprimer le brevet et le LPC

Le Conseil supérieur des programmes mis en place l'an dernier envisage de supprimer brevet des collèges et livret personnel de compétences, pour les remplacer par une "évaluation unique" simplifiée.

Denis Paget, membre du Conseil supérieur des programmes (CSP), a déclaré vendredi dernier que « nous n’allons pas maintenir le brevet (…). Il n’y aura que la validation du socle en fin de 3ème ».

« En finir » avec le LPC et le DNB

« On va en finir avec le Livret Personnel de Compétences pour faire une évaluation unique », a-t-il également annoncé à l’occasion de l’Université de printemps du Snuipp 75. « On évaluera les compétences domaine par domaine », avec seulement « 4 compétences par domaine » pour un total d’une vingtaine de compétences. Soit quatre fois moins de compétences qu’en compte l’actuel livret personnel de compétences (LPC), pourtant simplifié à la rentrée 2012.

En fin de 3ème, le LPC atteste aujourd’hui la validation du socle, tandis que le brevet valide la maîtrise des programmes. Il est possible de valider les compétences du socle sans avoir le brevet, mais pas l’inverse. Alain Boissinot, président du CSP, a précisé au Monde que le CSP « souhaitait réformer en profondeur l’évaluation actuelle pour qu’on puisse valider d’un même coup le socle et le brevet. » Des discussions vont s’ouvrir pour savoir si cette évaluation se fera sous la forme d’une « validation terminale ou en cours de formation ».

Les syndicats d’enseignants divisés

Le sujet partage les syndicats d’enseignants. Le SNES-FSU « tient à une épreuve terminale en fin de collège » et affirme que « les enseignants ne veulent pas du LPC, même toiletté et rebaptisé ». Le syndicat Snalc-FGAF réclame également le maintien du brevet, ou du moins d' »épreuves terminales, nationales, anonymes et notées ».

Le SE-UNSA estime par contre que le diplôme national du brevet (DNB) « tel qu’il existe ne peut que disparaître« . Et le SGEN-CFDT juge pour sa part que « l’examen terminal coûte aujourd’hui très cher en coût de fonctionnement aux établissements et aux élèves », aussi bien en ce qui concerne « le temps d’apprentissage perdu en juin mais aussi celui passé à bachoter pour l’examen ».

Quelque 800.000 élèves de 3ème vont passer les trois écrits du brevet 2014 les 26 et 27 juin prochains.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.