Triche au bac : les sanctions s’intensifient

Les sanctions infligées aux tricheurs au baccalauréat sont toujours plus nombreuses et plus sévères, jusqu'à l'interdiction de passer un examen ou de s'inscrire à l'université pendant 5 ans.

Il est toujours plus risqué de tricher au baccalauréat : en 2013, 469 cas de fraudes au bac ont été examinés (12% de plus que l’année précédente) et les deux tiers d’entre eux ont été sanctionnés. Près de 200 candidats se sont ainsi vu interdire de passer tout examen national pendant 1 à 5 ans (souvent avec sursis), contre 140 en 2012 et 67 en 2011.

L’interdiction de passer un examen n’est pas la seule menace qui pèse sur les tricheurs. Outre la nullité automatique de l’épreuve pour laquelle la fraude est reconnue, les commissions de discipline du baccalauréat peuvent prononcer et faire inscrire un blâme au livret scolaire du candidat, lui interdire de s’inscrire dans un établissement universitaire pendant une durée maximum de 5 ans, ou encore le priver de mention à l’examen passé.

Jusqu’à 3 ans de prison et 9.000 euros d’amende

De plus, la Loi du 23 décembre 1901 précise que « toute fraude commise dans les examens et les concours publics qui ont pour objet (…) l’acquisition d’un diplôme délivré par l’Etat constitue un délit« . A ce titre, la divulgation d’un sujet avant l’examen, l’usage d’une fausse pièce d’identité ou la substitution de candidat est passible de jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 9.000 euros d’amende !

Pour lutter contre la triche, le ministère de l’Éducation nationale développe à la fois prévention et répression. Depuis 2012, tous les candidats sont informés au début de la première épreuve écrite des sanctions encourues. En 2013, des détec­teurs de télé­phones por­tables avaient été déployés sur tout le territoire, les appareils mobiles tels que les smartphones étant impliqués dans 171 des 469 fraudes suspectées en 2013.

Malgré ces mesures, des fuites de sujets du bac sur Internet sont observées de plus en plus fréquemment.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.