L’étude de la Commission européenne intitulée « Comment rendre le métier enseignant plus attractif » a été menée dans les 28 pays membres de l’Union européenne, plus l’Islande, la Norvège, la Turquie et le Lichtenstein. Elle repose sur une enquête réalisée auprès de plus de 80 000 enseignants, enseignants-stagiaires, responsables éducatifs… du premier et du second degrés.

L’ensemble des pays européens, exception faite de l’Irlande, de la Finlande et de l’Ecosse, souffrent d’une crise concernant l’attractivité du métier d’enseignant, avec pour conséquence des difficultés de recrutement.

Salaire et formation au coeur des préoccupations

Pour lutter contre ce phénomène, la Commission européenne fait 16 propositions, que résument AEF, parmi lesquelles on retiendra en particulier :

-« Préserver des critères élevés de recrutement des enseignants »

-Veiller à ce que les professeurs-stagiaires soient au cours de leur formation très tôt en contact avec le terrain

-Proposer une « solide » formation « aux chefs d’établissements, tuteurs, et enseignants ‘coachant’ les étudiants.  »

-Proposer une véritable formation continue, avec en particulier des « programmes de formation continue obligatoires et gratuits »

-« Encourager des hausses de salaire plus rapides pour les enseignants les plus efficaces »

Soutenir davantage les enseignants en difficulté

-Enfin, ne pas hésiter à nouer des partenariats avec les médias pour donner une image autre de la profession.

Ces mesures seraient-elles efficaces pour redonner envie de devenir professeur ?