Les informaticiens du ministère de l’Education nationale n’entendent pas porter la responsabilité du report de la rentrée des élèves 2014 au 2 septembre : alors que Benoît Hamon blâme un bug informatique pour ce décalage d’un jour, les syndicats qualifient cette excuse d' »absurde ».

Nicolas Tariel, délégué syndical CFDT indique au micro de France Inter qu’il n’a « jamais entendu parler précédemment » du problème logiciel « insurmontable » mis en avant par le ministre. Il n’apprécie pas que les compétences des informaticiens soient ainsi remises en cause.

Un problème de date bloquée serait facile à résoudre

« En mai 2014, personne ne va croire que les services informatiques de l’administration ne seraient pas capables de traiter un problème de date bloquée dans un logiciel informatique », souligne-t-il.

La pré-rentrée des enseignants, initialement prévue le vendredi 29 août, a également été décalée d’un jour, au lundi 1er septembre. Ce changement était réclamé depuis plusieurs mois par les professeurs.