L’ORTEJ est né. « Ce n’est pas une nouveauté dans l’esprit, mais une suite logique que nous avons mis en place », a indiqué son président François Testu lors de la 1ère Assemblée générale de l’ORTEJ, qui a également consisté à son lancement officiel, ce jeudi 15 mai 2014 à Paris.

Des membres de la plate-forme Jeunesse Au Plein Air (J.P.A) d’échanges et d’études sur « les rythmes scolaires et les rythmes de vie des enfants et des jeunes » ainsi que des personnes qualifiées, des associations et syndicats, ont en effet décidé de créer une association loi 1901, dénommée l’Observatoire des Rythmes et des Temps de vie des Enfants et des Jeunes.

L’enfant, au centre du système

Cet observatoire a pour principal objectif de développer les échanges, les analyses, les évaluations et les recherches scientifiques pour une meilleure prise en compte des rythmes de vie et des besoins éducatifs des enfants et des jeunes. « Il regroupe 61 membres, ce qui est énorme pour un observatoire », a précisé François Testu.

Cette association rappelle ainsi que la question des « rythmes scolaires » doit bien s’inscrire dans le cadre d’une politique qui respecte au mieux l’enfant et ses rythmes, sa réussite et son épanouissement. « L’observatoire n’est pas là pour faire des enquêtes mais pour conduire les communes. Rappelons que l’enfant est au cœur de notre réflexion, c’est notamment pour cette raison que je suis très impliqué dans les rythmes scolaires », a affirmé le ministre de la Jeunesse et des Sport, Roger Bambuck, se réjouissant de la création de cet observatoire.

En animant des valeurs de laïcité, de citoyenneté, d’indépendance et de pluralisme, l’ORTEJ œuvre pour que « l’enfant soit ainsi plus que jamais au centre du système et devienne réellement la vraie question de l’école » a indiqué son président.