Le président de l’UMP Jean-François Copé a profité du rejet du projet de décret de Benoît Hamon hier au CSE pour demander à nouveau au gouvernement de laisser le choix aux maires d’appliquer ou pas la réforme des rythmes scolaires.

« Le gou­ver­ne­ment ne peut conti­nuer à vou­loir impo­ser de force son décret sur les rythmes sco­laires contre l’avis d’une très grande par­tie des pro­fes­sion­nels, des parents et des élus », estime-t-il dans un communiqué publié hier. Le député-maire de Meaux appelle « une nou­velle fois le gou­ver­ne­ment à la rai­son » et demande le « libre choix pour les com­munes d’appliquer ou non cette réforme ».

Il invite également le nouveau ministre de l’Education nationale à ne « pas s’enfermer dans une tour d’ivoire à l’image de Vincent Peillon qui vou­lait avoir rai­son seul contre tous et mépri­sait l’avis des acteurs de ter­rain ».

Jean-François Copé avait déjà appelé Benoit Hamon à laisser les maires choisir d’appliquer ou non la réforme, lors d’une rencontre fin avril avec le ministre de l’Education nationale.