©MachineHeadz / iStockphoto

Les représentants des parents d’élèves se disent « préoccupés », par la nature des assouplissements annoncés sur la réforme des rythmes scolaires.

Paul Raoult, président de la Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques (FCPE) qui revendique 325 000 adhérents, insiste cependant pour dire que « le changement de ministre ne modifie en rien nos attentes ». La réforme des rythmes scolaires, dont le nouveau décret fera l’objet d’un vote ce lundi au Conseil supérieur de l’éducation (CSE), reste donc en tête du cahier de doléances des parents d’élèves : « Nous sommes contents que la réforme ne soit ni supprimée ni reportée. Mais notre satisfaction s’arrête là ! Nous ne comprenons pas où est l’intérêt de l’enfant dans l’assouplissement », précise-t-il, en référence à la possibilité pour les communes d’organiser désormais les activités périscolaires sur une seule demi-journée. « Ce sont des préoccupations d’adultes. Bien sûr, les enseignants seront sans doute contents d’obtenir un après-midi supplémentaire sans face à face avec les enfants. Mais en quoi cela va-t-il aider les élèves à devenir plus acteurs dans la société ? », s’agace Paul Raoult.

Des vacances d’été trop longues

Le président de la FCPE dénonce « une vraie reculade » : « cet assouplissement va permettre de revenir aux 6h de cours par jour, et non plus 5h30. Or, il n’y a qu’à consulter les dernières études PISA pour s’apercevoir que cela ne fonctionne pas. » Rogner sur la durée des vacances ? « Nous sommes pour, le calendrier annuel doit être revisité ! Huit semaines de vacances l’été, c’est une perte de temps. Six semaines suffisent car les 15 dernier jours sont les plus terribles : il faut à certains élèves trois semaines pour se remettre dans le bain des apprentissages. L’idéal serait 5h de cours par jour, avec une année scolaire un peu plus longue, sans toucher aux petites vacances. » « Nous continuons à discuter avec le ministère, en espérant que les choses bougent encore », résume Paul Raoult qui relativise le mécontentement en rappelant que « sur les 4000 écoles qui ont appliqué la réforme dès cette année, 80% des parents sont satisfaits ».

La PEEP « à moitié satisfaite »

Valérie Marty, présidente de la Fédération des Parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP), se dit pour sa part « à moitié satisfaite » par le projet de nouveau décret. « Faire sauter le verrou des 9 demi-journées et des 5h30 de cours par jour, c’était nécessaire », explique-t-elle, « cela permet une organisation plus souple des activités périscolaires« . En revanche, Valérie Marty regrette que les spécificités de la maternelle n’aient pas été prises en compte : « l’absence de pause le mercredi matin fatigue les petits. Il aurait fallu laisser le choix aux communes, quitte à réduire les vacances d’été. »

La présidente de la PEEP indique que les parents souhaitent, d’une manière générale, davantage participer à la vie de l’école : « Aujourd’hui, nous perdons beaucoup de temps dans les CDEN (conseils départementaux de l’Éducation nationale) et les conseils d’école doivent aussi être rendus plus décisionnels et pratiques. »

Enfin, au-delà du débat sur les rythmes, Paul Raoult souhaite que le collège soit rapidement réformé : « Il faut revoir toute son organisation, non seulement les programmes scolaires mais aussi la composition des conseils d’administration, entre autres. »