Activités périscolaires : les maires veulent des garanties sur le financement

"Satisfaite" de sa rencontre avec Benoît Hamon, l'Association des maires de France attend désormais un arbitrage du Premier ministre Manuel Valls sur la délicate question du financement des activités périscolaires.

Si elle se dit « satisfaite » de sa rencontre avec Benoit Hamon, l’Association des maires de France demande désormais au gouvernement des garanties sur la question du financement de la réforme des rythmes scolaires.

Renforcement et pérennisation du fonds d’aide aux communes

Le président de l’AMF Jacques Pélissard, reçu hier par le ministre de l’Education nationale, s’est réjoui après cette rencontre des assouplissements apportés à la réforme des rythmes par Benoît Hamon, mais a indiqué attendre « l’arbitrage de M. Valls sur la grosse ques­tion du finan­ce­ment des acti­vi­tés péri­sco­laires« .

D’après l’association, « la mise en place de la réforme des rythmes scolaires devrait coûter entre 900 millions et 1 milliard d’euros aux collectivités, soit près de 150 euros par an et par enfant ». Et « dans un contexte de diminution drastique des dotations […], les communes ne sont pas en mesure de financer durablement un tel montant de dépenses », estime-t-elle. L’AMF a donc réclamé le renforcement et la pérennisation du fonds d’amorçage accordé aux communes dans le cadre de la mise en place de la réforme des rythmes.

Les assouplissements pourraient faire baisser les coûts des activités périscolaires

Jacques Pélissard a souligné que les assouplissements proposés par Benoit Hamon, qui prévoient notamment le regroupement des activités périscolaires sur une seule demi-journée, pourraient contribuer à en réduire le coût grâce à « une mutua­li­sa­tion des équi­pe­ments et des animateurs ».

« Si les coûts baissent, nous deman­de­rons un réajus­te­ment plus rai­son­nable du mon­tant de l’aide, mais les efforts deman­dés aux com­munes doivent aussi être ajus­tés en fonc­tion de l’amputation des dota­tions aux col­lec­ti­vi­tés », a-t-il souligné.

Le fonds d’aide aux collectivités prévoit l’attribution d’une enveloppe de 50 € par élève, majorée de 40 euros pour les communes les plus en difficulté mettant en place la réforme des rythmes scolaires. Le dispositif, initialement prévu pour 2013-2014, devrait être reconduit en 2014-2015.

Source(s) :
  • avec AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.