Marcher démultiplie notre créativité, selon une étude publiée lundi dernier par des chercheurs de l’université de Stanford dans la revue Journal of Experimental Psychology.

Les 176 étudiants et universitaires participant à l’étude ont notamment été évalués sur leur capacité à trouver des usages innovants pour des objets courants (test de Guilford), comme d’utiliser une brique comme cale-porte.

60% de créativité en plus en marchant

Avec ce test, les chercheurs ont découvert que l’acte de marcher, à l’intérieur comme à l’extérieur, augmente la créativité de 60% en moyenne par rapport à la position assise : les idées trouvées en marchant sont plus originales, et aussi plus nombreuses. L’effet persiste en outre un certain temps après la marche.

Certains des sujets étudiés ont aussi dû imaginer des métaphores créatives à partir d’une expression donnée (test d’équivalence symbolique de Barron), par exemple : « une vie qui s’éteint » à partir de « une flamme qui vacille ». Pour cet exercice, 100% des personnes ayant marché à l’extérieur ont réussi à formuler au moins une métaphore de qualité, contre seulement 50% de celles restées assises à l’intérieur.

« Partout où il y a un intérêt à générer des idées novatrices, il serait bon de prévoir de la marche », soulignent les chercheurs. « Alors que les écoles réduisent l’éducation physique en faveur des cours assis, négliger le corps au profit de l’esprit revient à ignorer leur étroite interdépendance. » Alors, à quand des cours en mouvement ?