Les relations entre directeurs d’école et parents peuvent parfois être tendues. C’est en effet l’objet d’une étude publiée par Le Parisien ce matin. Près de la moitié (49%) des directeurs d’écoles élémentaires et maternelles se sont fait agresser verbalement ou physiquement par des parents d’élèves durant l’année scolaire 2012–2013. Néanmoins, ces agressions prennent différentes formes : le harcèlement est celle la plus fréquente (38,6 %) devant les menaces (26,7%), les insultes (23,1%) et les coups (0,7%).

Les parents reprochent en premier lieu aux directeurs, et plus largement aux enseignants, les sanctions infligées à leurs enfants (à 53,3%) . Les professeurs notent que de plus en plus d’élèves ne font plus leur punition, avec le soutien de leur famille. Les autres différends concernent la surveillance et la maltraitance entre élèves (45,4%) ainsi que les résultats et les difficultés scolaires (33,1%).

« Une dégradation très nette des relations parents/école »

L’enquête a été réalisée au moyen d’un questionnaire remis à 4 000 directeurs d’école par Georges Fotinos, ancien inspecteur général de l’Education nationale et chercheur associé à l’Observatoire international de la violence à l’école. Celui-ci constate d’ailleurs « une dégradation très nette des relations entre l’école et les parents […] Je suis aussi surpris par la violence des échanges. Le parent estime qu’il a droit à un certain service, et s’il n’est pas rendu, il manifeste sa réprobation. De son point de vue, il a forcément raison. » Un comportement que le chercheur qualifie de « consommateur ».

Toutefois, la grande majorité des directeurs estiment le climat plutôt « bon » sous leurs préaux. 51% des chefs d’établissements interrogés n’ont jamais été victimes d’agression au cours de l’année scolaire 2012-2013.