Rythmes scolaires : « laissons le libre choix aux maires » (Copé)

Suite à l’annonce des assouplissements sur la réforme des rythmes scolaires, Jean-François Copé, maire (UMP) de Meaux, a demandé à Benoît Hamon de laisser le "libre choix" aux communes d’appliquer ou non la réforme.

Le ministre de l’Education nationale, Benoît Hamon, a annoncé des assouplissements sur la réforme des rythmes scolaires vendredi 25 avril sur RTL. Très actif sur ce sujet en tant que maire de Meaux, le président de l’UMP, Jean-François Copé, a demandé au ministre de l’Education nationale d’aller plus loin et de laisser le « libre choix » aux communes d’appliquer ou non la réforme. Il a également affirmé que son parti recevait de nombreux appels d’élus locaux qui « tirent le signal d’alarme » au sujet de cette réforme.

« Trois questions sans réponse »

Même si Copé estime que ces assouplissements sont « un premier pas qui donne une certaine souplesse aux maires dans l’organisation du périscolaire et du temps dans la semaine », il annonce que « cela n’est pas suffisant » car « trois questions demeurent sans réponse ». En effet, la première concerne « encore et toujours le financement » de la réforme. « L’Association des maires de France évalue à près d’1 milliard son coût pour les communes. Alors que l’Etat vient d’annoncer la réduction de 11 milliards des ressources des collectivités, l’équation financière reste insoluble pour toutes les communes modestes », soutient-il.

Jean-François Copé est également revenu sur le fait que les maires pourront, s’ils le souhaitent, concentrer les activités périscolaires « sur une seule demi-journée » comme l’a affirmé Benoît Hamon. « Si l’on regroupe les activités périscolaires sur un après-midi par semaine, que fait-on sur les 3 autres après-midi quand les élèves sortent plus tôt de classe ? Beaucoup de parents ne pourront aller les chercher. Faut-il réorganiser les garderies ? » constate le président de l’UMP.

Enfin, Jean-François Copé s’interroge sur la mise en œuvre de la réforme pour la rentrée 2014, soit dans quatre mois. « Avec les vacances, il ne reste que deux mois pour s’organiser réellement. Il n’est pas raisonnable de croire qu’on peut improviser de nouveaux rythmes, de nouvelles activités sans prendre le temps de la concertation avec les parents, enseignants, directeurs », insiste-t-il.

Source(s) :
  • AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.