Congrès scientifique des enfants 2014 : un projet « ludique et instructif » pour les doctorants !

L'édition 2014 du Congrès scientifique des enfants aura lieu le 23 mai 2014 à Toulouse. Lisa Rivière, doctorante et chargée d'enseignement à l'université, intervient depuis quelques semaines dans les classes pour préparer le projet avec les enfants. Entretien.

Qu’est-ce qui vous a motivé à participer au Congrès scientifique des enfants ?

L’envie de participer à un projet ludique et instructif, autant pour nous que pour les enfants. Je trouve très important de faire découvrir la science aux plus jeunes et de les amener à se questionner sur le monde qui les entoure. C’est aussi très valorisant pour eux de se rendre compte qu’ils connaissent et comprennent déjà beaucoup de choses, et de pouvoir les partager. Pour moi, en tant que doctorante et chargée d’enseignement à l’université, c’est intéressant de travailler la pédagogie avec ce public, ça remet les choses en perspective…

L’école André Daste est située en zone d’éducation prioritaire. Pourquoi avez-vous décidé de travailler en ZEP ?

Pour moi ce choix s’est fait sur deux critères, le premier est la proximité de l’école avec l’université et mon domicile. Le fait que cette école soit en ZEP m’a interpellée. J’ai moi-même fait toute ma scolarité en ZEP et eu la chance de participer à un atelier scientifique de ce type, c’était l’occasion de renvoyer l’ascenseur. C’est plus une anecdote personnelle et un retour sur mon parcours qu’une volonté engagée. Je n’avais et n’ai toujours pas d’apriori sur les écoles ZEP, pour moi c’est une école normale, c’est ma seule référence.

Concrètement, comment organisez-vous les séances avec les enfants ?

Certains groupes sont en autonomie, d’autres sont sur les ordinateurs ou en groupe autour d’une table. Nous leur fournissons des supports documentaires que nous leur avons préparés ainsi que des liens vers des sites internet adaptés. Nous intervenons auprès de chaque groupe pour leur suggérer des pistes de recherche, leur poser des questions et les amener à s’en poser. Durant les premières séances, ça a été une sorte de brainstorming et on a pu en dégager les idées fortes. Nous voulions qu’ils soient à l’initiative de leur production, que les questions et les réponses viennent d’eux. Évidemment, ça partait dans tous les sens, et nous-même ne voyions pas ce que ça allait donner. Les dernières séances ont été plus structurées, nous leur avons présenté une trame de leur production (poster ou présentation) qu’ils ont remplie de façon plus guidée.

Quelles sont vos impressions après vos premières interventions dans les classes ?

Les enfants de CM1/CM2 sont un public surprenant. Ils savent déjà beaucoup de choses sur l’espace et se questionnent sur des sujets inattendus et en même temps très cohérents avec leur vie de tous les jours. Par exemple « comment les astronautes communiquent-ils avec la Terre vu qu’ils n’ont pas d’abonnement internet ? ». Pour moi qui n’ai pas encore d’enfant et évolue dans un monde d’adulte, que ce soit au labo ou face aux étudiants, c’est déroutant au début de faire face à tant d’énergie. C’est un vrai défi que de canaliser cette énergie pour en sortir quelque chose de structuré comme doit l’être une production scientifique.

Arrivez-vous facilement à concilier le travail sur le Congrès et votre emploi du temps (cours, thèse…) ?

C’est plus chronophage que prévu, et surtout assez condensé sur quelques mois. Je travaille ce projet sur mon temps libre mais je ne considère pas ça comme une contrainte.

Quels sont les bénéfices d’une telle expérience pour un doctorant ?

Le bénéfice principal pour un doctorant est de s’entrainer à l’exercice de vulgarisation. Le doctorat dans sa totalité doit nous former à devenir chercheur et je pense que la diffusion du savoir et la médiation scientifique sont des missions primordiales. Un chercheur doit aimer parler de science et il doit pouvoir en parler avec tout le monde.

Pour un doctorant qui est également chargé d’enseignement (DCE), comme c’est mon cas, le bénéfice est double car ce projet permet de travailler sa didactique, d’avoir une démarche pédagogique et de se confronter à un jeune auditoire.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.