La réforme des rythmes scolaires « s’appliquera bien à la rentrée 2014 » a déclaré mardi à l’Assemblée nationale le nouveau ministre de l’Education, Benoît Hamon. « Je ferai des propositions au Premier ministre sous une dizaine de jours à partir de la concertation que j’ai commencée avec les organisations d’enseignants, avec les parents d’élèves et avec les élus », poursuit-il. « Cependant nous avons constaté (…) en toute bonne foi que des difficultés existaient », a indiqué le ministre. « Manuel Valls s’est donc engagé à ce qu’il y ait des ajustements à la mise en œuvre de cette réforme ».

« Mener la réforme à son terme »

Ne souhaitant pas enfermer la réforme dans un cadre théorique ou réglementaire « trop stricte« , le ministre a souligné l’importance de mener celle-ci à son terme. D’autant que la France « ne parvient pas à lutter efficacement dans le primaire contre l’échec scolaire« . « Nous avons construit une réponse, la nécessité de concentrer les temps d’apprentissage dans les moments, les heures, où les enfants sont le plus disponibles, là où ils sont le plus disposés à apprendre », a-t-il souligné.

Dans son discours, le ministre répondait au député UDI de la Drôme Franck Reynier qui demandait un report de la réforme, lancée en septembre 2013 dans 17% des communes.

Enfin, Benoît Hamon a commencé à consulter les organisations syndicales. Il reçoit cette semaine les représentants de la FSU, de l’Unsa, de FO et du Sgen-CFDT.