Oublions les livres ! Le collège Gaston-Couté de Meung-sur-Loire a présenté vendredi une expérimentation inédite en France. En effet, la totalité des élèves de l’établissement se sont vus équipés d’une tablette numérique en classe, « leur évitant ainsi de transporter près de 8 à 10 kilos de livres sur le dos », a déclaré à l’AFP le président du conseil général du Loiret, Eric Doligé (UMP).

Au total, 510 collégiens et 45 professeurs et personnels d’encadrement se sont prêtés au jeu. Et les élèves apprécient massivement cette nouvelle façon d’étudier. « Dès que le prof nous demande de sortir la tablette, nous le faisons avec plaisir. Ce n’était pas le cas avec les livres », indique Océane en classe de troisième. Les professeurs également sont séduits : « grâce à la tablette, j’ai vraiment l’impression qu’on peut individualiser l’enseignement. Ce sont des outils complémentaires pour diversifier les approches », reconnaît Gaëlle Gabriel, professeur de français du collège.

Toutefois, seuls inconvénients pour le moment, tous les manuels scolaires ne sont pas encore disponibles sur tablettes.

470 000 euros de frais

Le coût de la mise en place de cette expérimentation s’élève à 470 000 euros, dont 50% pour les tablettes numériques, a indiqué le président du conseil général. « Ce projet est très intéressant car il permet de mettre à jour les programmes, ce qui n’est pas le cas des livres classiques renouvelés en région Centre tous les quatorze ans en moyenne ».

Enfin, cette nouvelle façon de travailler, qui captive l’attention des élèves, n’a pas mis un terme à l’écrit. Les contrôles ont, en effet, toujours lieu sur des papiers.