Enseignant

Enseignant © contrastwerkstatt - Fotolia.com

L’Institut Finlandais de Paris proposait le 9 avril dernier un débat intitulé « Le futur de nos écoles« , alors que les résultats de l’enquête Pisa 2012, publiés en décembre 2013, ont créé une véritable onde de choc. La France est durement touchée, mais même la Finlande, modèle éducatif, est en baisse.

Najat Oaukrim-Soivio, chercheuse à l’Université d’Helsinki, conseillère auprès du ministère de l’Education et de la Culture de Finlande, ancienne directrice du Lycée franco-finlandais d’Helsinki, explique lors de ce débat que la Finlande travaille actuellement à redresser ses résultats -même si le pays reste bien classé. Malgré ces difficultés, le statut de l’enseignant en Finlande reste très privilégié, tient-elle à souligner, comme le rapporte AEF, qui a assisté au débat.

Un métier très respecté et demandé

Ainsi, les professeurs sont très respectés, et le métier d’enseignant a toujours autant la cote. Najat Oaukrim-Soivio souligne que « l’an dernier, 7 000 jeunes ont demandé à être formés pour devenir enseignants, pour seulement 700 places ». « Seuls les très bons » y arrivent, précise-t-elle. A savoir, même en maternelle, les enseignants sont recrutés à bac+5.

Par ailleurs, les enseignants ne mettent jamais de zéro : les notes vont de 4 à 10. Enfin, les enseignants n’ont jamais d’inspections. La Finlande ne reste-t-elle pas quelque part l’Eden des profs ?