Benoît Hamon : « l’origine sociale est encore un discriminant dans la réussite » scolaire

Benoît Hamon faisait hier un discours à la Sorbonne pour le lancement officiel de la refondation de l’école prioritaire. Il a également évoqué les rythmes scolaires.

« L’origine sociale est encore un discriminant dans la réussite » a constaté le ministre de l’Education nationale lors du lancement de la refondation de l’école prioritaire. Ce moment marque le début de la mise en œuvre du projet de refondation de l’éducation prioritaire, défini par Vincent Peillon et George Pau-Langevin, suite aux Assises de l’Education prioritaire, dont la synthèse a été publiée fin 2013.

La refondation s’appuie sur le déploiement du réseau REP+ à la rentrée 2014. 102 REP+ seront ainsi lancés en septembre prochain, pour atteindre 600 en 2015. Les REP+ disposent de moyens qui devraient permettre de favoriser la réussite des plus défavorisés : un enseignant supplémentaire par classe, des internats de proximité pour les collégiens… Et donc de lutter contre la discrimination sociale déplorée par le ministre.

Ryhtmes scolaires : « j’écouterai tout le monde »

En marge de son intervention, Benoît Hamon s’est également exprimé sur les rythmes scolaires. « A la rentrée 2014, il y aura généralisation de la réforme des rythmes scolaires « a-t-il clairement indiqué.
Il a cependant précisé : Je suis disposé comme le Premier ministre s’y est engagé à ce que des discussions sur les conditions d’expérimentation, d’adaptation au cas par cas, de ce dispositif soient mises en place ». Tout en nuançant : « j’écouterai tout le monde mais je ne serai pas dupe des stratégies qui prétendent proposer une meilleure solution pour les écoles, alors qu’il s’agit en fait de résistance vis-à-vis d’une initiative politique qui, parce qu’elle viendrait de la gauche, serait forcément mauvaise ».

2 commentaires sur "Benoît Hamon : « l’origine sociale est encore un discriminant dans la réussite » scolaire"

  1. Gérard  11 avril 2014 à 16 h 34 min

    POURQUOI B.Hamon s’enferre-t-il dans une réforme des rythmes qui est inapplicable financièrement et contre productive pédagogiquement ? Pourtant les signes de désaveux sont multiples, divers et récurrents… Vraiment je ne comprends pas cet entêtement à nier l’évidence.Signaler un abus

    Répondre
  2. didier  12 avril 2014 à 14 h 01 min

    Gérard,
    quel sont tes arguments? des communes font des choix pour faire réussir cette action, non? ; tous les spécialistes soutiennent cette direction même si les « adultes » doivent s’adapter ; des signes de désaveux? et les signes d’adhésion, les entends-tu? peux tu laisser du temps à la mise en œuvre d’une réforme ambitieuse ou préfères-tu te ranger du côté des favorisés qui sont « dérangés » dans leur « organisation »…allez !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.