Congrès scientifique des enfants 2014 : des élèves de primaire dans la peau de vrais chercheurs

Le 23 mai prochain, des élèves de primaire participeront à un Congrès scientifique des enfants, organisé par la Cité de l'Espace, avec l'université de Toulouse et l'Inspection académique. L'événement leur permettra de se glisser dans la peau de véritables chercheurs.

Jean-Francois Clervoy © ESA

Pour la 5e année consécutive, la Cité de l’Espace de Toulouse organise le Congrès scientifique des enfants, un beau projet pédagogique qui permet à des élèves de primaire de découvrir le monde de la science. Cette édition reprend le concept qui a fait le succès des années précédentes : des élèves de CM1-CM2 présenteront, via des conférences orales et des supports visuels, les résultats d’un travail de recherche mené durant l’année scolaire avec des doctorants de l’Université de Toulouse. Et cette année, l’événement sera parrainé par Jean-François Clervoy, astronaute français qui a effectué 3 missions à bord de navettes spatiales.

Vivre dans l’espace, thème du Congrès 2014

Le thème défini par la Cité de l’Espace pour cette 5e édition est « Vivre dans l’Espace ». Le Congrès aura lieu le 23 mai 2014, mais les 6 classes de CM1-CM2 des écoles de la communauté d’agglomération travaillent sur la thématique depuis février. Les sujets sont variés : la vie quotidienne dans la station ISS, la perte des repères visuels et auditifs dans l’espace, la combinaison des astronautes… Au total, chaque classe traite 4 questions liées à la vie dans l’espace. Les élèves sont aidés par des doctorants de l’Université de Toulouse, qui se rendent dans les écoles pour les accompagner dans leur recherche d’informations et dans la construction de leur intervention orale.

« L’objectif est bien sûr de développer les connaissances scientifiques des enfants, mais ce n’est pas le plus important, explique Christophe Chaffardon, responsable du service Education et Médiation scientifique à la Cité de l’Espace. Le but est d’abord de les aider à acquérir une méthodologie sur la présentation orale : savoir s’exprimer en public, organiser des contenus, rechercher l’information… »

Décomplexer et valoriser les élèves

La mission principale de Christophe ? Donner confiance aux élèves, améliorer leur estime de soi. « On les met dans la peau de véritables scientifiques. Ils portent un badge, présentent leurs travaux en public, face à leurs camarades, ils sont réellement dans une situation d’adulte. Et ça les valorise », affirme-t-il.

En effet, pour les enfants, les chercheurs sont « des gens importants », poursuit Christophe. D’autant plus que la plupart des élèves qui participent au projet, issus de ZEP, n’ont pas l’habitude d’être confrontés au monde scientifique.

Le projet permet aussi aux enfants de découvrir l’université, la recherche et le doctorat. « Pour les élèves, les doctorants jouent un peu le rôle de grand frère ou de grande sœur, estime Christophe. Certains ont des parcours atypiques, pas forcément ‘exemplaires’. Ça décomplexe les élèves et leur prouve qu’on peut faire un doctorat même si on n’est pas premier de la classe ! »

Une expérience bénéfique pour les doctorants

Selon Clément Varenne, ‎responsable formation et insertion pour le collège doctoral du PRES, qui pilote le projet au niveau de l’Université de Toulouse, le projet est aussi riche d’enseignements pour les doctorants.

« Cela leur apprend à faire de la vulgarisation scientifique, indique-t-il. Ils doivent arriver à diffuser leurs savoirs auprès d’élèves de CM2, expliquer les méthodes de recherche, leur apprendre comment présenter les résultats obtenus… Ils doivent passionner des enfants que le sujet n’intéresse pas forcément ».

Le Congrès est aussi une occasion pour les doctorants de faire connaître leur projet hors de l’université : « c’est une opportunité pour expliquer ce qu’est le travail de doctorant auprès de la presse, du public », souligne Clément Varenne. Pour cela, les doctorants doivent apprendre à communiquer sur leurs recherches en termes simples. « C’est très utile pour un futur entretien d’embauche, par exemple », poursuit Clément. Enfin, leur travail pour le Congrès permet aussi de les confronter au montage d’un projet : « ils travaillent avec différentes parties : la Cité de l’Espace, le rectorat, les écoles, qui ont chacun des enjeux différents, explique-t-il. C’est très valorisant sur un CV ».

Et les doctorants des Congrès précédents le confirment. Beaucoup témoignent des bénéfices qu’ils ont pu tirer de l’expérience. D’un point de vue humain, mais aussi pédagogique. « Très bien pour la vulgarisation et pour donner envie d’aimer les sciences (et pour se redonner goût aux sciences soi-même) », atteste ainsi l’un d’entre eux.

Car l’un des objectifs principaux du Congrès reste de donner, très tôt, le goût des sciences aux enfants.

5e Congrès scientifique des enfants
Le 23 mai 2014 à la Cité de l’Espace, Toulouse. 

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.