Benoît Hamon, ministre de l’éducation : réactions des syndicats enseignants

Les syndicats enseignants ont réagi diversement à la nomination de Benoît Hamon. Tour d'horizon.

Suite à la nomination de Benoît Hamon, nouveau ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, les syndicats enseignants se sont exprimés. Globalement, ils souhaitent la poursuite des réformes engagées, mais avec des nuances.

Bernadette Groison, présidente de la FSU, indique ainsi souhaiter la poursuite de « la refondation de l’école » et que le nouveau ministre « arrive avec la garantie qu’il ne touchera pas aux 60.000 postes » d’enseignants promis jusqu’à la fin du quinquennat.

Le SE-Unsa va dans le même sens, dans un communiqué du 2 avril, demandant « la poursuite des réformes indispensables à notre système éducatif et le maintien des 60 000 emplois promis lors de la campagne de 2012″.

Les syndicats relèvent d’autres éléments satisfaisants, et également plus polémiques.

La réunion des deux ministères saluée

« La réunion des deux ministères, éducation et enseignement supérieur est intéressante », pour Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du Snes-FSU. Le Sgen-CFDT salue également ce nouveau ministère et estime qu’il devrait permettre de se pencher sur « le chantier de la continuité du parcours de formation entre le lycée et l’enseignement supérieur » et de donner un coup de pouce à « la réforme de la formation des enseignants« . Enfin, le SNPDEN-Unsa « se réjouit que les deux ministères relèvent d’un pilotage commun« , dans un communiqué le 3 avril 2014.

Mais les syndicats évoquent aussi les dossiers qui fâchent : Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, juge ainsi qu’il faudra réexaminer le dossier des rythmes scolaires, ainsi que les salaires et les carrières des professeurs des écoles.

Le Snalc-Fgaf « invite [également] le nouveau ministre à rouvrir très rapidement le dossier des rythmes scolaires, qui ne peut (…) rester en l’état ».

Le SNETAA-FO lui de son côté, dans une lettre à Benoît Hamon datée du 4 avril , tient à rappeler les difficultés rencontrées avec Vincent Peillon : « pendant 22 mois et pour la première fois depuis près de 70 ans, le Ministre de l’Education Nationale n’a jamais reçu le premier syndicat des PLP, des CPE et des enseignants Contractuels : le SNETAA. Sous aucun gouvernement, cela n’avait eu lieu. »

« Pendant ces 22 derniers mois, la confiance a été rompue entre le SNETAA et Vincent Peillon » note encore le syndicat qui place beaucoup d’espoir dans ce nouveau mandat, et demande à être reçu très vite par le nouveau ministre.

Source(s) :
  • AEF, AFP, syndicats enseignants

1 commentaire sur "Benoît Hamon, ministre de l’éducation : réactions des syndicats enseignants"

  1. Pluriel  15 avril 2014 à 14 h 45 min

    je regrette vraiment le départ de V.Peillon, un véritable ministre de l’éducation , même s’il s’est un peu perdu dans la théorie, mais comme d’hab les syndicats ont eu sa peau ! c »est vraiment regrettable ! Un des rares qui sait de quoi il parle !
    Décidément la politique ne va pas avec l’efficacité ! Ce n’st pas demain que nous allons surmonter la discrimination de la réussite scolaire, ce n’est pas pour rien que ce sont les lycées privés qui arrivent en tête du classement de l’efficacité, mais leur réussite ne s’applique qu’à une minorité sociale privilégiée !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.