L’ancienne ministre Geneviève Fioraso pourrait conserver le périmètre Enseignement supérieur et recherche dans le nouveau ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, confié par Manuel Valls à Benoit Hamon. Elle serait bientôt nommée secrétaire d’état à l’enseignement supérieur et à la recherche, selon le Monde et l’AEF.

« L’aventure n’est pas terminée » pour Geneviève Fioraso

Selon le site du quotidien, le nouveau poste de Geneviève Fioraso aurait été évoqué par François Hollande lors d’une conversation téléphonique avec la ministre sortante mercredi. Et les déclarations de Benoît Hamon, lors de la passation de pouvoir, ont contribué à lever les doutes sur l’avenir de l’ancienne ministre. « C’est une grande fierté pour moi d’être à vos côtés. […] Et je vous dis : non seulement merci beaucoup, mais à bientôt », a-t-il déclaré.

« Tout va bien, je suis souriante, toujours dynamique. L’aventure n’est pas terminée », a quant à elle affirmé Geneviève Fioraso.

Une loi ESR critiquée

Ministre de l’Enseignement supérieur depuis mai 2012, Geneviève Fioraso a fait adopter en juillet 2013 une nouvelle loi pour l’Enseignement supérieur et la Recherche, fixant notamment plusieurs mesures destinées à faciliter l’orientation des étudiants, comme la simplification de la carte des formations à l’université. Elle comportait également un pan sur la gestion et la gouvernance des établissements d’enseignement supérieur, plutôt controversé dans la communauté universitaire.