JRE : la vidéo accusant l’institutrice de Joué-lès-Tours supprimée par Youtube

Le rectorat d'Orléans-Tours a obtenu la suppression par Youtube d'une vidéo du collectif JRE accusant une institutrice de la ville de Joué-lès-Tours d'avoir demandé à des élèves de pratiquer des attouchements sexuels.

La vidéo du collectif JRE accusant une institutrice de la ville de Joué-lès-Tours d’avoir incité des enfants de maternelle à pratiquer des attouchements sexuels a été supprimée lundi soir par Youtube, à la demande du rectorat d’Orléans-Tours.

Soutien du rectorat et des parents à l’enseignante

« Une demande en ce sens avait été adres­sée par la direc­tion aca­dé­mique d’Indre-et-Loire auprès du pro­cu­reur de la République », a indiqué le rectorat. Lundi, il a annoncé avoir porté plainte pour diffamation contre le collectif JRE. L’institutrice mise en cause dans la vidéo et la directrice de la maternelle ont aussi engagé des poursuites.

Le rectorat a témoigné de son « sou­tien total à l’équipe péda­go­gique, en condam­nant fer­me­ment cette diffusion ». La plupart des parents d’élèves scolarisés à l’école maternelle concernée déplorent également ces accusations, selon des témoignages publiés dans La Nouvelle République. « C’est la politique de la peur. L’école a déjà été accusée au mois de janvier dernier de pratiquer la théorie du genre. C’est stupide. Mon fils a eu cette enseignante l’an dernier, c’est une excellente maîtresse », a ainsi indiqué une déléguée de parents.

Même son de cloche chez les syndicats. Pour Céline Rigo, secrétaire nationale du SE-Unsa, il s’agit d’une « attaque en règle contre l’école publique », « une histoire montée de toutes pièces ». Et selon Paul Agard, secrétaire départemental du SNUipp-FSU et professeur à l’école maternelle où enseigne l’institutrice accusée, « on ignore qui sont précisément ces représentants des JRE, combien ils sont, qui est derrière eux… Mais leurs accusations semblent impossibles à croire, ici ! »

Le rectorat a également rappelé qu’Orléans-Tours « ne fait pas par­tie des aca­dé­mies pilotes pour l’expérimentation ABCD de l’égalité« , et qu’il n’y avait donc pas « d’éducation au genre » dans les écoles de l’académie.

La scène rapportée par une mère d’élève

Samedi dernier, Dalila Hassan, responsable du col­lec­tif JRE d’Indre-et-Loire, avait publié une vidéo d’une dizaine de minutes dans laquelle elle accusait une institutrice de l’école Blotterie, à Joué-lès-Tours, d’avoir demandé à une petite fille et à un petit garçon de se prêter à des attouchements sexuels après avoir baissé leurs pantalons. Le petit garçon aurait raconté la scène à sa mère, et celle-ci aurait rencontré la directrice de l’école en présence de Dalila Hassan. Cette dernière aurait diffusé la vidéo suite à cette rencontre.

La mère de l’enfant, qui devait se présenter hier au commissariat pour déposer plainte, n’est pas venue. Cécile Ancelin, sub­sti­tut du pro­cu­reur de La République de Tours, indique avoir eu au téléphone Farida Belghoul, res­pon­sable natio­nale de JRE, qui lui a expliqué que la mère « ne dépo­sera plainte qu’une fois qu’elle aura pris un avo­cat ».

Source(s) :
  • avec AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.