Un scanner cérébral peut reconstituer les visages des personnes auxquelles vous pensez

A la limite de la télépathie : un étudiant américain a réussi à recréer des visages visionnés par d'autres personnes, à l'aide d'un scanner IRM perfectionné.

scanner IRM cerveau télépathie

L'analyse des données cérébrales permet de recréer des images vues (© Alan Cowen)

Grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF), un étudiant de l’université de Yale a réussi à reconstituer des portraits visionnés par des sujets volontaires.

« Lecture dans les pensées »

Les scanners IRMF ont atteint un tel niveau de sophistication qu’il était déjà possible de les utiliser pour savoir si un sujet était par exemple en train de voir une scène de plage ou de ville, un animal ou un bâtiment…

Mais l’expérience menée par l’étudiant Alan S. Cowen est d’un tout autre niveau : « c’est une forme de lecture dans les pensées« , souligne Marvin Chun, professeur de psychologie, de sciences cognitives et de neurobiologie.

La tâche n’avait rien d’évident, car les visages partagent beaucoup plus de similarités que des bâtiments ou d’autres objets inanimés. De plus, de nombreuses zones cérébrales sont sollicitées lors de l’analyse des visages, car il s’agit d’un élément déterminant dans notre survie.

300 visages de référence

Les sujets de l’expérience ont d’abord visionné quelque 300 visages « d’entraînement », et leurs réactions à chaque visage ont été mémorisées dans une banque de données associant les données d’activité cérébrale à des traits faciaux. Lors d’une deuxième phase, les scans cérébraux réalisés lors de la présentation de six nouveaux portraits ont permis de recréer les visages vus, grâce aux informations précédemment obtenues.

Alan Cowen estime que la précision de ces reconstructions faciales va s’améliorer avec le temps, et pense qu’elles pourront servir d’outil de recherche, notamment pour étudier les réactions d’enfants autistes.

Il se félicite par ailleurs que l’université de Yale ait accepté de faire confiance à un étudiant et de financer son expérience, sous le contrôle du professeur Chun : « Je n’aurais jamais obtenu de financement extérieur, c’est trop novateur », affirme Marvin Chun.

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.