Métier enseignant : « De nombreux professeurs sont perdus »

Jean-Rémi Girard, secrétaire national à la pédagogie du SNALC-FGAF et professeur de français, brosse un tableau noir du métier d’enseignant qui n’attire plus, en raison de conditions de travail dégradées.

Jean-Rémi Girard secrétaire national pédagogie SNALCPourquoi dites-vous que le métier d’enseignant n’attire plus, alors que certains spécialistes de l’éducation assurent le contraire, et que le nombre d’inscrits aux concours externes publics progresse ?

Il n’y a pas de regain d’intérêt pour le métier. J’en veux pour preuve le ratio entre le nombre de candidats et le nombre de postes offerts : il diminue et n’a jamais été aussi bas ! Depuis la fin des années 1990 pour le CAPES et depuis 2004 pour le CRPE, on assiste à une dégringolade du nombre de candidats. Par ailleurs, les taux de réussite aux concours sont hallucinants. Au concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE), il dépasse les 40% ! Dans certaines académies comme Amiens ou Créteil, et plus encore à Versailles, les trois quarts des candidats ont été admis. Dans l’académie de Créteil, le seuil d’admission était de 9/20 en 2012… Il est tombé à 4/20 en 2013 ! Malgré ce nivellement par le bas de la sélectivité, il y a toujours autant de postes non pourvus et des disciplines, telles que les lettres classiques et les mathématiques qui n’arrivent pas à recruter.

Plusieurs causes expliquent ce désintérêt. Toute une catégorie de personnes n’a pas l’énergie, l’envie ou les moyens de faire cinq ans d’études, pour toucher 1500 euros par mois en début de carrière et se retrouver dans un établissement de banlieue difficile.

Constatez-vous une hausse des violences à l’égard des profs ? Quelle est la réalité des choses ?

Il n’y a pas d’explosion mais une persistance de la violence, difficile à percevoir sur le plan statistique. La plupart des incidents ne franchissent pas les murs des établissements. Les professeurs portent peu plainte car ils ne veulent pas faire de vagues. Pour autant, nous constatons une dégradation du climat scolaire, avec des actes de violence des élèves et, c’est nouveau, des parents.

Est-il anormal d’être affecté en ZEP quand on débute dans le métier d’enseignant ?

Certains jeunes enseignants s’en sortent très bien, mais d’autres craquent. A la limite, le problème n’est pas là. La priorité devrait être de résoudre les problèmes de violences scolaires. Plusieurs leviers existent pour cela : réduire le nombre d’élèves par classe, veiller à ce que les établissements restent à taille humaine, relever le taux d’encadrement et le nombre d’assistants d’éducation formés. Des mesures ont été annoncées par le ministre Vincent Peillon en janvier, mais pour l’instant les décharges horaires ne s’appliquent qu’à peu d’établissements. Il faut se saisir plus globalement de cette question et arrêter le saupoudrage !

Vous dénoncez des jeunes enseignants « mal préparés et mal formés » : les choses ne se sont-elles pas améliorées avec les ESPE ?

Avant les ESPE, il n’y avait plus de formation initiale. Les enseignants étaient propulsés 15h devant les classes sans aucune formation. Il y a du mieux avec les ESPE mais ce n’est toujours pas l’idéal. Les personnels sont en majorité ceux des ex-IUFM. Les dérives restent les mêmes : la formation est trop théorique et éloignée du terrain. Nous demandons qu’elle soit assurée en grande partie par des enseignants toujours en exercice, notamment en zone d’éducation prioritaire. Quant à la formation continue, elle demeure trop faible et insuffisamment suivie.

Que préconisez-vous pour que le métier fasse de nouveau rêver ?

La question salariale me paraît essentielle. Les enseignants français sont payés moins que la moyenne de leurs homologues européens ! Je ne veux opposer personne mais on se retrouve avec des enseignants qui, après cinq ans d’études et un concours de catégorie A, sont moins bien payés que des gardiens de la paix en catégorie C. Une plus grande stabilité est également nécessaire. Les programmes et les modes pédagogiques changent tous les quatre matins : de nombreux professeurs sont perdus.

Les personnels de l’éducation doivent aussi être davantage soutenus par leur hiérarchie. On a trop souvent le sentiment que la parole de l’enseignant et celle de l’élève sont mises sur le même plan. Il y a un manque de confiance généralisée des personnels de l’éducation envers l’institution. Dans les instances de l’établissement, les représentants des personnels d’enseignement, par exemple, n’ont pas la majorité des voix. C’est un signal terrible : cela veut dire qu’on peut décider sans eux et contre leur opinion.

Partagez l'article

Google

5 commentaires sur "Métier enseignant : « De nombreux professeurs sont perdus »"

  1. Nono  22 mars 2014 à 8 h 31 min

    Petit bémol à ce propos : les formateurs des ESPE sont professeurs à temps partagé et ils ont donc des classes en responsabilité, tout au long de l’année. Leur pratique de formateur prend appui sur celle de professeur. Mieux vaut le rappeler…Signaler un abus

    Répondre
  2. Pataquès  22 mars 2014 à 9 h 10 min

    URGENCE :
    Un vote aura lieu le 27 mars 2014 au MEN pour abroger les statuts des enseignants certifiés et agrégés du secondaire organisés par les Décrets de 1950 et leur substituer de nouveaux textes rendant possibles l’annualisation de leur service et la territorialisation de leurs missions.
    Il va sans dire que cette mesure aura des conséquences sur la qualité scolaire du public étudiant et sur celle de la recherche française.

    La pétition pour s’opposer à cette abrogation est là : http://www.petitions24.net/non_a_labrogation_des_decrets_de_1950Signaler un abus

    Répondre
  3. JohnnyBoy  30 mars 2014 à 3 h 14 min

    Petite rectification, depuis plusieurs années le concours de gardien de la paix est un concours de catégorie B, et avec un 4/20 on est loin d’y être admissible… Avec les heures de nuit, les primes de risque etc… Je ne pense pas que la rémunération d’un professeur des écoles doive être supérieure à celle d’un gardien de la paix.Signaler un abus

    Répondre
  4. Eleonore  5 décembre 2014 à 16 h 57 min

     » actes de violence des élèves et, c’est nouveau, des parents. » et j’ajouterai même du PERISCOLAIRE qui s’impose de plus en plus dans les écoles, marchant sans cesse sur nos plates-bandes avec ces nouveaux rythmes scolaires qu’on nous impose désormais : il fallait en voir certains débarquer dans nos classes, en début d’année, à 11h30 et prendre la parole à notre place ! Où des agressions verbales de responsables (les REV) qui se prennent désormais pour les petits chefs, jouer les facteurs quotidiennement avec les inscriptions aux différents ateliers, réunions). Tout ça est devenu insupportable. Merci à ceux qui pondent des réformes bêtes de sens (il n’y a qu’à regarder d’un peu plus près les emplois du temps des enfants) qui se retournent contre nous inéluctablement.
    Eléonore (Paris)Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.