Rythmes scolaires : « petit à petit, des solutions sont trouvées »

La réforme des rythmes scolaires, qui marque le retour de la semaine de 4,5 jours, refait parler d’elle à l’approche des élections municipales, les 23 et 30 mars prochains. Le point avec Paul Raoult, président de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE).

Paul Raoult président FCPEPourquoi dites-vous que la réforme des rythmes scolaires est « gagnée » alors qu’elle n’est effective que dans 17% des communes ?

La réforme est gagnée dans la mesure où 90% des communes se disent prêtes à organiser des temps périscolaires à la rentrée de septembre 2014. Parmi les 10% restant, 6% ne veulent pas en entendre parler pour des raisons politiques et 4% éprouvent de vraies difficultés dans la mise en œuvre. Ce que je constate, c’est que petit à petit les uns et les autres trouvent des solutions. Je ne dis pas qu’il n’y aura pas des difficultés par endroit, mais ce que je retiens surtout c’est que 94% des communes ont réfléchi à la manière dont ils peuvent appliquer la réforme.

Où en est le mécontentement sur le terrain ? Quels sont les points qui posent problème ?

Il est vraiment très difficile de distinguer le vrai du faux dans la période actuelle de campagne électorale. Parmi les remontées que nous avons, la principale pierre d’achoppement, c’est le manque d’informations des parents d’élèves. Certaines communes réfléchissent sans impliquer la communauté éducative et les associations. En général, il s’agit de villes dans lesquelles il n’y avait déjà pas de dialogue avant la réforme. Mais globalement, le mécontentement est retombé d’un cran, les peurs se sont dissipées. A Paris par exemple, on avait l’impression au départ que des enfants se retrouveraient livrés à eux-mêmes à la sortie de l’école. A ma connaissance, ça n’a pas été le cas et les enseignants reconnaissent que la nouvelle organisation est bénéfique pour les élèves. Aujourd’hui, l’éducation est entrée dans la sphère publique alors qu’avant elle était le pré carré des enseignants. Ce changement, brutal, a engendré d’importantes résistances.

Le ministère de l’Education vient de publier des exemples d’emplois du temps appliqués par les 4000 communes qui ont déjà mis en place la réforme. Quelle organisation vous semble la plus réaliste ?

Il n’y a pas une seule bonne solution. Il faut s’adapter aux réalités locales et aux rythmes des enfants. Nous avons notamment remarqué qu’il y avait dans certaines écoles maternelles des soucis avec la sieste. Ce problème est maintenant pris en compte. Je pense aussi que le modèle parfois privilégié de la journée qui commence à 8h pour se terminer à 16h est une erreur.

Dans quelle mesure les rythmes scolaires vont-ils avoir un impact lors des élections municipales ?

L’école est une affaire communale et la question des rythmes scolaires est une priorité nationale : il est donc de notre devoir d’aller sur ce terrain en interrogeant les candidats sur leurs intentions. Ceci étant, ce ne sera pas le seul critère de choix des électeurs. Il ne faut pas s’y tromper, les rythmes scolaires ne sont qu’un volet de la politique éducative menée par les élus locaux. La réforme ne concerne que les 24h d’enseignement, réparties différemment dans la semaine selon les communes. Le débat se focalise aujourd’hui sur les trois heures d’activités périscolaires mais ce n’est pas l’essentiel !

Partagez l'article

Google

2 commentaires sur "Rythmes scolaires : « petit à petit, des solutions sont trouvées »"

  1. JOB  21 mars 2014 à 11 h 43 min

    La motivation pour cette « réforme » est politique. Et on connait la qualité de cette politique depuis 2012 !!Signaler un abus

    Répondre
  2. jacques lévy  2 avril 2014 à 15 h 25 min

    Une solution vient d’être trouvée en effet : exclure Peillon du gouvernement ! Espérons à présent que sa réforme prenne le même chemin des oubliettes grâce au nouveau ministre Hamon.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.